Verra-t-on les coureurs du Vélo Club de Pamplemousses (VCP) en action sur les routes pendant les prochaines saisons ? La question est posée, puisque la rumeur circule et devient assez persistante. C’est de notoriété publique que le club du Nord connaissait déjà quelques difficultés, ayant tenu pendant près de deux ans sans sponsor. En théorie, cette décision doit encore être ratifiée par une assemblée générale, qui aura alors la lourde tâche de dissoudre le club. Mais dans la pratique, les choses allaient mal depuis pas quelque temps déjà.
Les premiers signes sont apparus vers le début de la saison. Le club, qui organise le traditionnel contre-la-montre individuel Mémorial Claude et Mico Quéland, n’a vu presque aucun de ses coureurs alignés sur les 11,4 km, ce qui signifie une mort lente. Et l’absence des couleurs du club sur le Tour de Maurice 2014 a signé l’acte de décès du club, qui a fêté cette année ses 19 ans. « C’était dans l’air du temps. On a essayé de tenir le plus longtemps possible, mais finalement, il nous a fallu se rendre à l’évidence », lâche-t-on dans l’entourage du club.
Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé. Le VCP a recruté des coureurs, mais les choses sont restées statiques trop longtemps pour que le comité directeur puisse redresser la barre. Plusieurs facteurs expliquent la probable disparition de club au palmarès pourtant éloquent. D’un côté, l’absence des sponsors décriée par les coureurs en premier lieu. Car lorsqu’Anthony Laurent signe, à 19 ans à peine, une victoire d’étape sur le Tour de Maurice en 2012, tout le monde se met à penser à des lendemains meilleurs pour le club nordiste.
Cet état de choses a vu ses meilleurs éléments quitter la structure pour se poser ailleurs, même si personne ne l’avouait au moment des faits. L’absence d’intérêt de la part des sponsors a donc forcé le club à revoir ses objectifs à la baisse. Mais ironiquement, sans sponsors conséquents dans son sillage, les coureurs du VCP réalisent leur plus belle saison en 2013. Dans les chiffres, en 2013, le club a récolté une trentaine de bouquets, toutes catégories confondues, mais a surtout fait un de ses plus beaux Tours de Maurice, avec un Top 10 pour Mike Chong Chin et un maillot de la combativité pour Jean-Hugues Labonne.
Mais voilà, c’était écrit que le découragement atteindrait les rives du VCP. « Les faits sont simples, sans sponsor, on ne peut pas faire de sport. Le vélo coûte malheureusement très cher et nous sommes depuis les témoins d’une mort lente de ce sport », commente-t-on dans le giron du cyclisme. Lorsque les coureurs apprennent qu’ils ne feront pas le Tour 2014, plusieurs ont décidé de laisser de côté le vélo. Résultat : la densité des coureurs du VCP sur les courses a rétréci comme une peau de chagrin.
« On a perdu quelques éléments valables qui pouvaient faire une course. De là, tout s’est enchaîné ». Dans la mauvaise direction, cependant. Mais quelques irréductibles entretiennent encore l’espoir. « S’il n’y a qu’une personne pour nous aider, alors oui, tout va recommencer ». Ce qui explique peut-être pourquoi aucune communication officielle n’a été envoyée à la Fédération mauricienne de cyclisme (FMC).
Les coureurs, désormais libres de tout engagement, seront redirigés vers d’autres clubs. Il nous revient que des contacts seraient déjà établis. L’histoire retiendra qu’Hugo Caëtane a offert un premier titre de champion de Maurice toutes catégories au club nordiste en 2008. Jurgen Legallant, en 2012, offrait lui aussi un titre au club, en catégorie 3 cette fois. Il fut un temps où le nombre de coureurs du VCP — comme de tous les autres clubs d’ailleurs — dépassait largement la cinquantaine. Ce temps est, hélas, révolu…