Après une nuit de repos hier soir suite à la terrible journée et soirée de vendredi dernier qui ont entraîné son arrestation et son inculpation sous deux chefs d’accusation notamment le complot et le blanchiment d’argent, l’ex-premier ministre Navin Ramgoolam, fraîchement libéré sous caution samedi après-midi, est retourné aux Casernes centrales en ce dimanche matin, accompagné de ses hommes de loi Me Yusuf Mohamed et Gavin Glover notamment. L’ensemble des coffres-forts et des valises ont été ouverts  et de fortes sommes d’argent en coupures de Rs 2000 ont été comptabilisés. On évoque que la somme de RS 200 Milllions attendue par les enquêteurs pourrait être dépassée. Une nouvelle inculpation de Navin Ramgoolam n’est pas à écartée
La police ne lâche pas prise. Elle comptait bien ouvrir les coffres-forts et les valises et a pris les dispositions en ce dimanche pour le faire. Aux dernières nouvelles et selon son homme de loi Yusuf Mohamed, Navin Ramgoolam aurait fourni aux enquêteurs les éléments d’information nécessaires pour l’ouverture des valises et des coffres. Depuis 11 h45, l’inventaire a pu commencer et l’opération se poursuivait à 13h30.
Selon des sources proches de l’enquête, une première valise a été ouverte  et contiendrait des billets de banque que des officiers de la Banque de Maurice serait en train de compter à la machine. Les autres contenants étaient aussi pourvus de billets de banque de Rs 2000. et la somme totale pourrait dépasser les Rs 200 Millions évoqués par la police hier en cour.
De ce fait une nouvelle inculpation de Navin Ramgoolam n’est pas à écartée.
Un cordon de sécurité a été erigé et les journalistes couvrant l’évènement ont été repoussés  loin de la salle où se passe les opérations et ce à la demande des hommes de loi de Navin Ramgoolam. 
Une effervescence majeure est donc de mise dans les locaux et aux abords de la CCID, ce matin  où au moins un représentant de la Banque de Maurice, le deputy director, Yandraduth Googoolye, le directeur de l’Icac, Lutchmyparsad Aujayeb, et l’actuel ministre de la justice, Ravi Yerrigadoo, étaient présents. La présence de ce dernier a été vivement contesté par les hommes de loi de Navin Ramgoolam et a dû quitter les lieux.
Rappelons qu’en cour samedi en guise d’arguments pour la non remise en liberté de Navin Ramgoolam, la police avait déclaré que les coffres et les valises saisis mais scellés pouvaient contenir des sommes d’argent allant jusqu’à Rs 200 millions. L’ex PM avait pris l’engaement de ne pas quitter le pays et de fournir les codes d’accès à la Police. Rappelons aussi qu’au moins une autre perquisition a eu lieu au bureau de Navin Ramgoolam de la Rue Desforges, hier soir, où de nombreux policiers avaient bouclé le quartier.
Si l’ex-PM, n’avait pas remis à la police les codes d’accès, la police aurait utilisé alors de grands moyens après s’être assurée légalement de pouvoir le faire.