Entre samedi et hier, la police a été particulièrement sur la brèche, avec quatre cas d’homicides recensés en l’espace de quatre jours, dont deux en moins de 12 heures hier après-midi. Dans chacun de ces cas, les meurtriers présumés sont déjà sous les verrous et les enquêtes policières déjà bien enclenchées. Parmi toutes ces affaires, ce qui a été découvert à Circonstance, St-Pierre, dans la journée d’hier, donne froid dans le dos. La victime, Erouna Baillache, 30 ans, aurait été torturée et tabassée à mort par son concubin Mario Joséphine, un agent de sécurité de 56 ans.
Le deuxième cas enregistré hier est survenu dans la soirée à l’avenue Draper, Quatre-Bornes, où l’ancien président de la Mauritius Vegetable Planters’ Association (MVPA) Deenarain Lokhee, 44 ans, aurait mortellement agressé son frère Khemraj Ramdhonee, 31 ans, à l’arme blanche. Raison de cette agression mortelle : une dispute entre eux quant à l’utilisation de l’ordinateur familial.
Mario Joséphine et Deenarain Lokhee ont comparu en cour à la mi-journée, sous des charges provisoires de Murder. Ils ont tous deux été reconduits en cellule policière. La police a objecté à leur remise en liberté sous caution respective.
À Circonstance, St-Pierre, vers 10 heures, hier, le corps sans vie d’Erouna Baillache, aussi connue sous le nom d’Anju, a été découverte au domicile de son concubin. Elle gisait dans un lit et avait le corps couvert de blessures. Mandés sur les lieux, les officiers de police de St-Pierre ont immédiatement aiguillonné leur enquête sur un cas de Foul Play.
Le Chief Police Medical Officer (CPMO) Sudesh Kumar Gungadin s’est également déplacé à St-Pierre dans le but d’effectuer un premier examen de visu. La thèse de Foul Play a été confirmée dès cet examen médical de la victime sur les lieux du crime.
L’autopsie pratiquée par le Dr Gungadin hier devait confirmer l’horreur. Erouna Baillache a été littéralement torturée et tabassée. Selon les renseigments transmis par le médecin légiste aux enquêteurs, la victime avait le corps recouvert d’innombrables blessures en tous genres : des ecchymoses, des bleus, des lacérations. Tant et si bien qu’il n’était pas en mesure de dénombrer le nombre exact de blessures.
Le Dr Gungadin aurait fait comprendre aux limiers de la CID de St-Pierre que la malheureuse aurait littéralement servi de punching ball à son concubin, ce dernier la rouant de coups de pieds et de poings avant de la projeter à maintes reprises contre un mur, le visage en premier. Mario Joséphine aurait ensuite placé le corps inanimé de sa concubine sur le lit où elle a été découverte. Le décès a été attribué à de multiples blessures.
Rage meurtrière
Entretemps, Mario Joséphine, lui, s’est rendu au poste de police de la localité pour signaler la mort de sa concubine. Selon sa version des faits, elle se serait mutilée. Mais les enquêteurs n’ont pas retenu cette version des faits rocambolesque, d’autant plus que bon nombre de blessures relevées sur la victime se situaient au niveau du dos. Les confirmations du Dr Gungadin ont vite fait de faire voler en éclats la thèse des « self inflicted injuries ».
Les premiers éléments de l’enquête policière affirment que Mario Joséphine serait entré dans une rage meurtrière quand sa concubine lui aurait fait part de son intention de le quitter pour un ancien petit ami. Il n’aurait nullement digéré le fait de se retrouver en situation d’amant éconduit d’où ces coups meurtriers.
Mario Joséphine a comparu en cour de District de Rose-Hill (Moka Branch) ce matin, devant le magistrat P. Sewpal. Il a été provisoirement accusé de Murder. Il a été Remanded to police cell jusqu’au 25 janvier. Les funérailles d’Erouna Baillache étaient prévues pour 13 h 30 aujourd’hui.
Vers 23 h 15 hier soir, un fratricide a plongé tout le quartier de l’avenue Telfair, Quatre-Bornes, en émoi. Deenarain Lokhee, 44 ans, ex-président de la MVPA, aurait mortellement agressé son frère Khemraj Ramdhonee, 31 ans, à l’aide d’un couteau de cuisine. L’autopsie pratiquée ce matin par le Dr Gungadin a conclu que le trentenaire est décédé des suites d’un Stab Wound of the Heart. Un seul coup aura suffi. Selon la teneur de l’enquête menée par les limiers de la Western Division CID, dirigée par l’Assistant-surintendant de Police (ASP) Daniel Monvoisin, une banale dispute au sujet de l’utilisation d’un ordinateur aurait tourné à l’irréparable. Le meurtrier présumé a remis l’arme du crime aux enquêteurs des suites de son arrestation.
L’ex-président de la MVPA a comparu en Cour de District de Rose-Hill à la mi-journée, devant la magistrate Meenakshi Bogun-Ramlagan. La police a objecté à ce qu’il soit libéré sous caution et a émis un Prohibition Order à son encontre. Intervenant en Cour, Deenarain Lokhee a demandé s’il était autorisé à voyager à Rodrigues, puisque Rodrigues fait partie du territoire mauricien. Et au Police Prosecutor de répondre : « Ou endan. La police inn objecter pu largue ou. Ou pa pu kapav voyazer… » Il a été Remanded to police cell jusqu’au 25 janvier.