Découverte macabre en fin de matinée. Le corps sans vie de Kathija Ghanty, une retraitée de 66 ans – et qui devait fêter son anniversaire aujourd’hui –, a en effet été retrouvé dans un appartement situé au 2e étage d’un bâtiment de Port-Louis, soit dans les parages de la rue Dauphine. À ce stade de l’enquête, la police n’écarte aucune piste, sollicitant ainsi la présence des hommes de la Criminal Investigation Division de Port-Louis Nord et ceux de la Major Crime Investigation Team sur les lieux à la mi-journée.
Selon les recoupements d’informations auprès de sources proches des enquêteurs, ce sont des proches de la victime qui l’ont découverte dans le lit de sa chambre à coucher. Les enfants de Kathija Ghanty étaient venus lui rendre visite aujourd’hui en vue de célébrer son anniversaire mais ils ne s’attendaient à aucun moment à découvrir le cadavre de leur mère. Les procédures devaient rapidement être engagées, une première escouade de la police venant confirmer l’information suivie des enquêteurs de la CID de Port-Louis Nord et ceux de la Major Crime Investigation Team.
Selon les premières indications, la retraitée vivait seule au 2e étage de ce bâtiment, qui abrite, au rez-de-chaussée, un complexe commercial. L’appartement a été passé au peigne fin par la police, les premières constatations médico-légales confirmant que le corps est en état de décomposition et datant la mort à au moins trois jours. Toutefois, il faudra attendre le rapport de l’autopsie avant d’obtenir toute confirmation. Ainsi, des dispositions ont été prises à la mi-journée pour le transfert du cadavre vers la morgue en vue de cet exercice, qui sera pratiqué par le Police Medical Officer. Cette étape déterminante pourrait être franchie en cours d’après-midi en vue d’établir l’orientation de l’enquête policière.
À ce stade, les enquêteurs n’écartent aucune piste, même si les dernières informations recueillies par Le Mauricien indiquent que la possibilité d’un cas de “suspected foul play” a été considérablement réduite. Une indication de taille à cet effet est intervenue en début d’après-midi, la totalité des escouades de la CID de Port-Louis Nord et de la MCIT quittant les lieux du drame. Ainsi, la thèse d’une mort naturelle, compte tenu de l’âge de Kathija Ghanty, aurait été évoquée dans les milieux des enquêteurs. L’enquête se poursuit.