Dans une lettre au point focal national de la Convention Ramsar de Maurice, le Senior Regional Advisor for Africa Paul Ouédraogo a dit s’apprêter à placer le parc marin de Blue-Bay sous la section 3,2 de la convention. Il s’agit d’un « avertissement » à l’effet que le caractère écologique du parc marin de Blue-Bay, inscrit sur la Liste Ramsar, est en train de changer, et ce en marge du projet hôtelier Le Chaland Resort, du groupe Currimjee Jeewanjee.
Cette lettre du Senior Regional Advisor for Africa Paul Ouédraogo adressée au responsable du point focal national de la Convention Ramsar de Maurice s’inscrit en réponse à un courrier de l’Ong Eco-Sud au Secrétariat international Ramsar l’informant du projet hôtelier du groupe Currimjee Jeewanjee dans le parc marin de Blue-Bay, site inscrit sur la liste de la Convention Ramsar (voir encadré).
« Je voudrais vous informer que le Secrétariat international Ramsar a reçu un e-mail d’Eco-Sud faisant état que Maurice fait actuellement face à une situation étrange par rapport à la construction d’un hôtel dans un site Ramsar (Ndlr : le parc marin de Blue-Bay). Eco-Sud souhaitait connaître les procédures pour consigner sa préoccupation à ce sujet », écrit Paul Ouédraogo à Manickchand Puttoo, le directeur du National Parks and Conservation Service du ministère de l’Agro-industrie.
Le Senior Regional Advisor for Africa de la Convention Ramsar informe également Manickchand Puttoo qu’il a reçu copie d’une lettre conjointe d’Eco-Sud, de Mission Verte et de quatre citoyens concernés à Mme Chandanee Jhowry, présidente du Ramsar National Committee de Maurice, exprimant leurs craintes de voir une aggravation de la dégradation du parc marin (un site protégé par la Convention Ramsar) en marge du projet hôtelier du groupe Currimjee Jeewanjee.
« We are now working towards including Blue Bay Marine Ramsar Site within the list of Article 3,2. We are requesting confirmation from you in order to insert this Site among the threatened Sites », poursuit Paul Ouédraogo. Le Senior Regional Advisor for Africa de la Convention Ramsar rappelle que cet section 3,2 se lit comme suit : « Each Contracting Party shall arrange to be informed at the earliest possible time if the ecological character of any wetland in its territory and included in the List has changed, is changing or is likely to change as a result of technological developments, pollution or other human interference. Information on such changes shall be passed without delay to the organisation or government responsible for the continuing bureau duties specified in Article 8. »
« Est-ce à dire que le Ramsar National Committee de Maurice a émis une Ramsar Clearance pour le projet hôtelier Le Chaland Resort du groupe Currimjee Jeewanjee sans avoir averti le Secrétariat international de la Convention, basé en Suisse, des conséquences de cette construction hôtelière dans le parc marin de Blue-Bay ? » s’est demandé le vice-président d’Eco-Sud, Sébastien Sauvage, dans une déclaration au Mauricien. En effet, lors d’une rencontre avec la presse jeudi dernier à l’hôtel Labourdonnais, les promoteurs du projet Le Chaland Resort avaient confirmé détenir toutes les autorisations nécessaires, dont une Ramsar Clearance délivrée en juin 2014 par le Ramsar National Committee de Maurice.
« Blue-Bay Marine Park is now under warning by the Ramsar Secretariat », a pour sa part confié au Mauricien Arthur Mitchell, auteur d’un Management Plan for Blue Bay Marine Park (2012) commandité par le ministère de la Pêche, document qui n’a jamais été rendu public.
À la page 41 du Management Plan for Blue Bay Marine Park, Arthur Mitchell a averti : « Uncontrolled coastal construction and development activities will pose a serious threat to coastal and marine ecosystem health due to increases in waste (water and solid) disposal, physical habitat disturbance and loss, sedimentation and turbidity and other issues. At least one application for new hotel construction along the relatively undisturbed La Cambuse coast is pending approval. If approved, this development could have serious consequences for coastal and marine ecosystem health. »