« Maurice est disposée à accueillir le prochain sommet du Commonwealth si une proposition dans ce sens est faite durant le sommet », a déclaré sir Anerood Jugnauth, qui se trouve actuellement à Malte pour participer au sommet des Chefs d’État et de Gouvernement du Commonwealth, qui s’ouvre demain. Il s’est adressé hier au Commonwealth Business forum dans le cadre d’une session de travail sur le thème « Financial and professional services : delivering jobs and growth ». À cette occasion, le Premier ministre a souligné la volonté de Maurice de devenir un hub en matière de services financiers dans la région.
Dans son intervention à Malte hier, le Premier ministre a présenté Maurice comme un exemple pour démontrer ce que le secteur des services financiers ainsi que le secteur des services en général peuvent apporter en termes de bénéfices économiques et de création d’emplois. Sir Anerood Jugnauth a soutenu que « our aim was to transform Mauritius into a financial hub and indeed we have built a reputation as a trusted, credible and professional jurisdiction of substance. We have succeeded thanks to an avant-garde vision and the competences of our ambitious, talented, and knowledgeable youth, not only in this particular field but across all the sectors of our economy ».
Sir Anerood Jugnauth a expliqué qu’après 47 ans d’indépendance, l’économie mauricienne a été transformée, passant d’un « a low-income agriculturally-based mono-crop economy » pour devenir un « upper middle-income country ». Le Premier ministre affirme qu’à côté de l’agriculture s’est développé un secteur des services très actif autour du tourisme, des finances, des services professionnels et des technologies de l’informatique, qui représente 74 % du Produit intérieur brut. « The financial services sector of Mauritius comprises banking as well as specialised services such as global business, insurance, capital markets, brokerage, pension funds, equity and venture capital funds, micro-finance and leasing etc. », a-t-il expliqué. Aujourd’hui, dit-il, l’industrie des services financiers emploie quelque 19 000 professionnels et connaît un taux de croissance autour de 6 % annuellement.
Il ajoute qu’une telle diversification implique des taux élevés d’investissement, une expertise dans les affaires, un réservoir d’emplois suffisant, le respect des normes internationales, l’équité et la justice sociale et finalement l’éthique des affaires et la bonne gouvernance. « The creation of a flagship ministry of Financial services and Good governance is a strong signal of our desire to tap into all the existing and emerging opportunities in the financial services field. It also clearly indicates that we will be guided in all we do by the cardinal principles of transparency and good governance », a insisté sir Anerood Jugnauth.
Les piliers de l’économie en voie de développement dans l’île, notamment les smart cities et l’économie océanique, ont également été mentionnés par le Premier ministre. Ce dernier, à cet effet, a insisté sur l’importance de l’intégration régionale et la volonté de Maurice de devenir un “intellectual hub” dans la région. « Given the proximity of Mauritius to Africa, we are able to participate fully in the economic development of the continent. Regional integration is an important pillar of our economic policy. By virtue of our membership of the African Union and the Regional Economic Communities, we are actively implementing their respective integration agendas as well ». Pour se faire, plusieurs entités mauriciennes ont déjà investi en Afrique.
Concernant la volonté exprimée de faire de Maurice un “intellectual hub” régional, sir Anerood Jugnauth a déclaré que « the aim of Mauritius is to operate as an intellectual capital hub from which highly skilled and highly qualified professionals can join forces with their counterparts on the continent to ensure that a sustainable supply of multidisciplinary expertise is available to support the realisation of in-land and regional development projects ».
Le Premier ministre a aussi invité les pays africains membres du Commonwealth à donner un nouvel élan au développement économique de leur pays en utilisant les ressources humaines étrangères.