Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, qui dirige la délégation officielle de Maurice à la cinquième conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD V), devra s’entretenir aujourd’hui en tête-à-tête avec le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon. Des questions et des dossiers sur le plan international et concernant les intérêts de Maurice devront être évoqués.
Toujours en marge de cette conférence, qui se déroule à Yokohama, le chef du gouvernement devra avoir des discussions, demain avec son homologue japonais Shinzo Abe. La coopération nippo-mauricienne sera passé en revue et de nouvelles perspectives délimitées lors de ces échanges.
D’autre part, intervenant en séance plénière de TICAD V, Navin Ramgoolam a décliné la recette de Maurice pour « vaincre ses vulnérabilités en tant que petit État insulaire ». Un communiqué émis hier soir par la direction de la communication du Prime Minister’s Office souligne que le Premier ministre s’est appesanti sur le fait que « malgré ses vulnérabilités comme une île, Maurice a su remonter les handicaps pour réussir son développement économique ».
Le Premier ministre a axé son intervention « sur les défis de développement auxquels fait face le continent africain et sur la stratégie que Maurice a adoptée pour vaincre ses vulnérabilités en tant que petit pays insulaire ».
« Maurice s’est toujours adapté pour rester compétitif. C’est dans cette optique que le pays a créé des conditions favorables pour les investissements tout en s’ouvrant à des innovations et aux talents et à l’expertise étrangère », a-t-il fait comprendre aux membres des différentes délégations africaines dirigées au niveau de chefs d’État et de gouvernement. Il a fait état de l’introduction d’une fiscalité légère de 15% que ce soit pour les individus ou les compagnies, de la réforme des lois du travail et la mise en place d’« institutions fortes et efficaces pour rassurer les investisseurs et les opérateurs économiques ».
Le Premier ministre était rentré en début de semaine du sommet spécial des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine pour marquer le 50e anniversaire de l’organisation panafricaine, où la contribution de sir Seewoosagur Ramgoolam a été reconnue à titre posthume. Il est reparti jeudi pour Tokyo après la cérémonie d’ouverture du congrès de la FIFA à Maurice.