Le MSM, qui a travaillé pendant un mois sur le document intitulé « The New Delimitation – A decline of Democracy and Risk of a Social Desintegration », rejette In Toto la délimitation des arrondissements des cinq villes en prévision des prochaines élections municipales. Ce document est actuellement à l’étude par le président de la République sir Anerood Jugnauth, qui pourra demander incessamment à la Commission électorale d’entreprendre un nouvel exercice de redécoupage électoral dans les villes.
L’analyse documentée et chiffrée du MSM dénonce avec force la création de ghettos politiques dans les limites de chacune des villes et souhaite un retour à la formule de wards qui était en vigueur avant l’adoption de la Local Government Act par l’Assemblée nationale à la fin de l’année dernière.
Au-delà de l’absence de transparence, de consultations et en raison du motif politique, le MSM s’appesantit sur le fait que « le ministre des Administrations régionales a privilégié l’opacité et la partisanerie lors de l’élaboration des nouvelles délimitations des arrondissements urbains. En agissant de la sorte, il a fait un abus d’autorité. Le redécoupage proposé se résume en la création de véritables ghettos politiques dans les limites des cinq villes. »
La démarche du MSM de solliciter recours auprès du président de la République, avec un risque de nouveau report des élections municipales, vise à rétablir la situation suite à « des manoeuvres politiques avec des conséquences d’envergure sur le plan de la démocratie régionale ». Le MSM n’y va pas de main morte dans ses critiques contre un Adviser du ministre Hervé Aimée, dont le principal objectif, dit-il, est d’assurer le contrôle de la majorité des wards urbains pour le compte du Parti travailliste.
« The scientific communal and ethnic agenda has been promoted and the government used this item as its main equation to do the delimitation though no provision in the Constitution provides for such infringement in a delimitation process. We have a creation of political ghetto », soutient le MSM.
Pour étayer ses objections, le MSM a procédé à une analyse systématique des nouvelles délimitations des arrondissements selon la Local Government Act, soit
– Port-Louis : les conséquences de la nouvelle délimitation des wards, favorisant le principe de packing, font que des minorités sont marginalisées alors que dans d’autres cas « the majority community didn’t appear in electoral wards ». Le MSM trouve que « the national spectrum of Mauritius has not been represented ». Pour contourner les problèmes, le MSM propose le rejet des délimitations avec la création de six wards élisant chacun quatre conseillers. La situation à Port-Louis avec le plan Aimée s’établit comme suit :
• Le ward 1 comprend les régions de Pointe-aux-Sables et de La Tour-Koenig avec quatre centres de vote. La principale caractéristique de cet arrondissement est qu’il est fortement dominé par les électeurs de la population générale, qui sont plus des deux tiers ;
• le ward 2 bénéficie de l’annexion des nouvelles régions de Pailles et Guibies avec GRNO, avec pour conséquence que le bloc d’électeurs de la population générale est marginalisé et que le vote hindou et musulman est dominant ;
• le ward 3 est composé de Cité-Vallijee, Cassis et d’une partie du centre-ville. Il sera doté de sept centres de vote pour 12 000 électeurs et le MSM suppute que la création de cet arrondissement est le fruit d’un Gerrymandering Exercise ;
• le ward 4 perd la région de Vallée-Pitot, décision délibérée, selon le MSM, en vue de réduire le poids du vote musulman en faveur de celui des hindous avec les régions de Tranquebar, Bangladesh et Champ-de-Mars ;
• le ward 5, avec les agglomérations de Plaine-Verte et Vallée-Pitot, reste à majorité musulmane, soit quatre électeurs sur cinq ;
• le ward 6 est constitué de St-François Xavier, d’une partie de Roche-Bois et de Camp-Yoloff, soit une forte majorité musulmane dans les cinq centres de vote ;
• le ward 7 regroupe les électeurs de Nicolay, Briquetterie, Ste-Croix et Père-Laval, soit un cas flagrant de packing électoral avec 70 % des inscrits venant de la population générale ; et
• le ward 8 demeure le plus petit arrondissement avec Vallée-des-Prêtres et Cité-La-Cure et voit la marginalisation du vote de la population générale face à la concentration du vote hindou et musulman.
– Au niveau de la ville de Curepipe, le MSM accuse le gouvernement de Gerrymandering avec le regroupement de certaines agglomérations pour favoriser le parti au pouvoir comme suit :
• Le ward 1, nouvellement créé, comprend un packing de tous les votes des minorités, avec des régions comme Cité Mangalkhan et Cité L’Oiseau amalgamées avec le quartier chic de Floréal. « The way this ward has been delimited clearly expresses the trade-off strategy put in place in order to secure a majority of wards », soutient le MSM ;
• le ward 2, nouvel arrondissement, favorise une majorité de vote hindou au niveau des centres de vote de Lapeyrouse et de Hugh Otter Barry et inclut également le centre de Notre-Dame de la Confiance, anciennement dans le troisième ward de la ville ;
• le ward 3 voit une réduction du poids du vote des minorités de la Cité Malherbes avec l’apport des électeurs de la région d’Eau-Coulée. Le vote des minorités du centre de vote de St-Jean Bosco ne pourra pas contrebalancer ce shift avec la nouvelle délimitation, estime le MSM ;
• le ward 4 a vu la même stratégie que dans l’arrondissement N°3 avec le vote de la Cité Atlee débalancé par celui du Morcellement Antelme, à forte majorité hindoue ;
• au ward 5, même scénario pour atténuer le poids de la Cité Joachim avec l’amalgame des régions de Robinson et de Camp-Caval.
– Quatre-Bornes : pour le MSM, les changements dans les délimitations des wards de cette ville reflètent la stratégie du Parti travailliste pour s’assurer de la majorité aux prochaines élections municipales, soit :
• Le ward 1 est nouvellement constitué avec trois centres de vote, soit Ollier A, Beau-Séjour et Baichoo Madhoo. Léger avantage ici au vote hindou même si jusqu’ici, le premier arrondissement de Quatre-Bornes a toujours favorisé l’opposition ;
• le ward 2, présenté comme l’arrondissement urbain le plus grand du pays et le plus difficile à gérer, part de la Cybercité, couvre les régions d’Ébène jusqu’à Shoprite et Oxenham. Ce ward s’étend jusqu’à Candos, Sodnac et Cité St-Jean. « In this ward the Hindu votes have been packed to give an advantage to the Labour Party », note le document du MSM. Les régions de Pellegrin, Sodnac et Morcellement St-Jean ont été agglomérées pour atteindre cet objectif tout en marginalisant le poids du vote venant de Cité St-Jean ;
• le ward 3, nouvel arrondissement qui comprend les électeurs de Cité Père-Laval, Cité Beau-Séjour et du vieux Quatre-Bornes, voit un packing du vote des minorités
• au ward 4, les votes de La Source et Palma contrebalancent le poids de l’électorat de L’Église Montagne ;
• le ward 5 verra un match entre le vote de Cité Kennedy et celui de la majorité de la région de Bassin.
– Vacoas/Phoenix a donné lieu à la mise en place d’un Cracking System pour réduire au minimum toute difficulté pour le Parti travailliste d’en garder le contrôle. « It is clear that the delimitation of boundaries in Vacoas/Phoenix town does not reflect the spectrum of our society. It will not bring cohesion and a feeling of appurtenance to the town from the citizens due to the fragmentation occurred in marginalizing every community in different wards », soutient le MSM après une analyse chiffrée de l’électorat des six arrondissements.
– À Beau-Bassin/Rose-Hill, le MSM critique la concentration de la classe moyenne et d’un groupe conservateur dans le troisième arrondissement. « The delimitation of the six wards of the town has not followed the principle of impartiality and transparence, based on class lines and creating political ghettos », ajoute le document venant du Sun Trust Building.