La décision prise par le ministère de l’Education de ne pas ouvrir les établissements primaires et secondaires du pays aujourd’hui, et qui a été communiquée bien après 6 h 30 à la population, a pris dépourvu un grand nombre de parents, particulièrement ceux dont les enfants étaient déjà en route pour l’école, d’où leur colère. Les parents qui travaillent, et dont les enfants sont à la maternelle ou au primaire, ont ainsi dû s’organiser au pied levé pour la garde de leurs enfants. Selon nos informations, il y a eu, une fois encore, un manque de communication entre la station météorologique de Vacoas et les autorités de l’Éducation alors que le temps pluvieux, accompagné de fortes brises, s’abat sur toute l’île depuis hier matin. Mis au courant du cafouillage que cette annonce tardive a provoqué dans les familles, mais aussi chez certains opérateurs de cantines scolaires ainsi dans le service de transport scolaire, le ministère a décidé ce matin de revoir le système de communication avec la station de Vacoas.
Un grand nombre de collégiens, particulièrement ceux fréquentant les collèges nationaux, entreprennent un trajet de plus d’une heure pour atteindre leur école, quittant leur domicile avant 6h. C’est le cas d’Arielle, une habitante d’un village du Sud, qui se rend dans une école située dans les basses Plaines-Wilhems. La jeune fille quitte, comme à l’accoutumée, sa maison à 5 h 45 pour prendre l’autobus de l’école à la Gare de Mahébourg, lequel démarre à 6 heures tapantes. Comme nombre de parents ce matin, ceux d’Arielle ont allumé leur radio dès leur réveil pour écouter le bulletin météo afin de confirmer s’il y avait classe, et ce malgré le temps exécrable. Un premier bulletin les a ainsi informés d’un « avis de vent fort », mais aucune annonce officielle concernant la fermeture des écoles. Arielle quitte donc la maison. Ce n’est qu’aux environs de 6 h 40 qu’un responsable du ministère de l’Éducation intervient sur les ondes des radios privées pour annoncer la fermeture des écoles aujourd’hui.
« Quand j’ai entendu cette information, j’ai immédiatement appelé ma fille sur son portable pour lui annoncer et pour lui demander de dire au chauffeur de faire demi-tour. Heureusement qu’elle prend le bus de l’école. Je suis furieuse, parce qu’il n’y a pas eu vraisemblablement une communication entre le ministère et le centre météorologique alors qu’on voit que le temps est très mauvais depuis hier », s’insurge cette mère. D’autres collégiens prenant le transport normal, et qui attendaient aux arrêts d’autobus, ont été informés de la fermeture d’école par des membres du public.
Alors que l’avis de vents forts émis par la météo est en vigueur depuis 4 h 15, le ministère de l’Éducation, selon nos recoupements, aurait pris connaissance de cette information beaucoup plus tard. Les responsables de ce ministère ont dû d’abord se concerter pour prendre la décision qui s’impose et préparer ensuite le communiqué officiel. Le public prendra donc connaissance de la fermeture des écoles après 6 h 30.
Cette annonce tardive a provoqué aussi beaucoup d’inconvénients chez certains opérateurs de cantine scolaire. En effet, plusieurs d’entre eux avaient déjà préparé la nourriture qu’ils vendent dans les écoles. « Je vends les pains fourrés et, comme d’habitude je me réveille tôt pour tout préparer. J’étais déjà en route lorsque j’ai appris qu’il n’y aura pas d’école. C’est une grosse perte pour moi », confie au Mauricien l’un d’eux.
Selon nos informations, les responsables au ministère de l’Éducation reconnaissent que cette annonce de fermeture pour le secteur préscolaire/primaire/secondaire/centres MIDS a été communiquée tardivement à la population et sont conscients des bouleversements que cela a pu causer dans certaines familles. La décision a donc été prise de revoir le système de communication entre la météo et le ministère.