Sous la double férule de Louis Clichy, jeune réalisateur français, tout droit sorti de chez Pixar, et de l’humoriste Alexandre Astier, Astérix : Le royaume des dieux sort en salle cette semaine. Réalisé en images de synthèse, il redonne du relief aux héros imaginés il y a 55 ans par le tandem Uderzo-Goscinny. Dès les premières images du générique du Domaine des dieux, le spectateur est entraîné dans une sarabande visuelle rythmée, mettant en scène un Astérix 2.0 poursuivi par une armada de boucliers romains à géométrie variable.
Concernant l’intrigue, elle se déroule 50 ans avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non ! Car un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur. Exaspéré par la situation, Jules César décide de changer de tactique : puisque ses armées sont incapables de s’imposer par la force, c’est la civilisation romaine elle-même qui saura séduire ces barbares Gaulois. Il fait donc construire à côté du village un domaine résidentiel luxueux destiné à des propriétaires romains. : Le Domaine des Dieux. Nos amis gaulois résisteront-ils à l’appât du gain et au confort romain ? Leur village deviendra-t-il une simple attraction touristique ? Astérix et Obélix vont tout faire pour contrecarrer les plans de César…