Puisque le printemps n’existe pas chez nous, les poètes mauriciens en ont créé un le temps d’une soirée le vendredi 13 à partir de 18 heures à l’Institut français de Maurice. Les textes de contemporains mauriciens et de grands poètes disparus de Maurice et de France seront déclamés lors de ce Printemps des poètes sous les tropiques avec l’apport du slam, de la musique et de la peinture.
L’équipe de Point-Barre a voulu relier les arts en invitant un peintre à exécuter une oeuvre en direct au cours de la soirée poésie le vendredi 13 avril à 18 heures à l’Institut français de Maurice (IFM). Saïd Hossanee se prêtera à l’exercice guidant peut-être même son pinceau sous l’emprise des évocations poétiques qui seront déclamées tout au long de cette soirée. Dans le même esprit, les textes lus ou récités, chantés ou scandés, bénéficieront de l’accompagnement musical offert par trois guitaristes solistes, Éric Triton, Richard Beaugendre et Neshen Teeroovengadum.
La soirée s’articule en trois parties allant du plus près au plus lointain, à commencer par les poètes mauriciens contemporains qui vont dire leurs propres textes ou d’autres textes contemporains de leur choix. Nous devrions donc entendre la voix et les textes de Jean-Claude Andou, Lisa et Michel Ducasse, Alex Jacquin-Ng, Yusuf Kadel, Ziad Peerbux et Umar Timol. Ils seront rejoints en seconde partie par Ariana Cziffra et Robert Furlong pour célébrer les textes de poètes mauriciens tels que Jean-Claude d’Avoine, Marcel Cabon, Raymond Chasles, Jean Fanchette, Robert Edward Hart et Edwyn Michel.
La troisième partie de la soirée permettra d’entendre les mots de poètes français de courants très différents d’Aimé Césaire à Raymond Queneau, en passant par le Belge Lorge, Baudelaire ou Rimbeau, etc. Et pour ceux qui souhaitent se mettre de la partie, la soirée ne s’arrêtera pas là, car ils auront la possibilité de jouer les prolongations en suivant les artistes à Moka au restaurant Le Melting Potes pour dire à leur tour les textes de leur choix en scène ouverte. Les musiciens auront aussi leur temps de concert après les trois parties poétiques.
Initié en 1998 par Emmanuel Hoog et Jack Lang, le printemps des poètes a lieu tous les ans en mars au début du printemps en France afin de sortir la poésie des bibliothèques et du cadre strictement scolaire qui laisse souvent le souvenir honteux d’enfants oubliant leurs récitations, pour qu’elle soit dite haut et fort, lue ou récitée, partout où c’est possible, sous toutes ses formes, de toutes les époques et dans toutes les langues.
La rendre accessible au plus grand nombre revient aussi à soutenir un parent pauvre du secteur de l’édition française, où la forme romanesque domine l’actualité et les ventes de livre. Consacrée cette année au thème de l’enfance, cette 14e édition entend célébrer « les commencements, l’apprentissage du monde entre blessures et émerveillements, l’appétit de vivre et l’affrontement à la réalité rugueuse » comme l’annonce Jean-Pierre Sinéon, le directeur artistique de la manifestation.