Yannick Coret

L’haltérophilie mauricienne n’en finit pas de défrayer la chronique… de façon négative. Alors qu’un groupe de 15 sélectionnés est en stage d’affûtage en Chine jusqu’au 9 juillet, l’un d’entre eux n’a pas trouvé mieux que d’être absent à un contrôle inopiné qui a eu lieu hier matin vers 8h30 au centre d’entraînement de Tianjin. Il s’agit de Yannick Coret, médaille d’or aux Jeux des îles 2015 à La Réunion.

Le leveur aura quitté sa chambre très tôt hier matin (dimanche) à 7h30, avant de rentrer à 0h30 ce matin. De quoi éveiller les soupçons de l’Agence mondiale antidopage (WADA).

En principe, ce genre de cas est jugé pour le moins suspect par les officiers chargés de mener les contrôles. Car d’après les whereabouts a priori signés par le principal concerné, il devait être disponible à tout moment à un contrôle, sauf s’il a avisé les dirigeants de sa fédération de son absence.

Ce qui est loin d’être le cas. Mais avant que l’Agence mondiale antidopage ne décide si une absence à un contrôle est l’équivalent d’un contrôle positif susceptible d’entraîner une suspension de quatre ans, il faut au préalable que le sportif échappe au moins trois fois au contrôle. Donc, on peut encore espérer qu’il n’y aura pas de récidive de la par de l’haltérophile mauricien. Yannick Coret serait sorti voir des amis, avance-t-on dans les milieux.

Reste que la Fédération mauricienne d’haltérophilie (FMH) attend avec intérêt le rapport de la WADA sur ce cas. Les whereabouts indiquent clairement la localisation et les déplacements de l’athlète pour faciliter les contrôles de dopage.

Ce matin, le président de la FMH était dans tous ses états lorsque nos l’avons interrogé. « Chaque jour, je me réveille en me demandant qu’est-ce que la journée me réserve ? Mais j’ai demandé des explications au DTN (le Roumain Dabija Constantin), qui est sur place avec le groupe, et l’assistant-entraîneur national, Gino Souprayen. Il a simplement réagi en disant que l’athlète n’était effectivement pas présent à l’heure du contrôle, mais sans en dire plus. Mais j’attends un rapport complet », se lamente presque Magarajen (Jimmy) Monien. Le cas survient à moins de 18 jours des Jeux de îles.

Yannick Coret est le dernier leveur à rejoindre l’équipe nationale. Il était sorti de sa retraite pour s’aligner aux championnats nationaux tenus en décembre dernier, avant d’intégrer cette année la sélection dans la même catégorie des -73 kg avec Dinesh Pandoo.

Avait-il rempli sa fiche de whereabouts avant d’embarquer pour la Chine ? Il s’était aussi récemment plaint de douleurs aux genoux et voulait rentrer à Maurice.

De plus, la FMH s’intéresse aux cas de deux autres leveurs. Le premier impliquant Jonathan Coret, qui n’était également pas présent au moment du contrôle hier matin. Sauf que son nom ne figurait pas sur la liste des officiers de la WADA et qu’il aura pris le soin d’informer avant de sortir.

Ce qui fait qu’il n’est pas concerné par cette situation. Selon nos renseignements, il était toujours là à l’arrivée des officiers et donc est sorti en sachant qu’il n’aurait pas à subir de contrôle.

Par contre, l’autre cas concernerait les whereabouts d’un leveur qui n’auraient pas été remis à jour. Ce qui est contraire aux règlements internationaux et au code de bonne conduite que les éléments de l’équipe mauricienne devaient avoir signé avant leur départ. Si c’est le cas, c’est clair il n’a pas suivi les instructions de la fédération. Mais la FMH attend d’être mise en présence des faits pour se prononcer.