Je m’enfonce page après page dans un autre univers et vers une autre réalité. Celle dépeinte par des mots d’écrivain. Ce n’est plus ma réalité que je vis mais bien celles des protagonistes du livre. Une fiction que je visualise en pensée, des émotions que je crois ressentir jusque dans ma chair, à travers une certaine empathie qui, au fil des pages, s’est tissée entre une histoire consignée sur du papier. Et je me suis soudainement demandée : n’est-ce pas là une réalité virtuelle qui t’a absorbée et immergée dans un “monde virtuel” depuis près de deux heures ?