La Maison Familiale Rurale de l’Est (MFRE) peut compter sur l’hôtel Constance Belle Mare Plage pour son travail d’intégration auprès des jeunes. Un chèque dans ce sens a été remis aux responsables de l’école lundi dernier.
La Maison Familiale Rurale (MRF) permet aux jeunes se retrouvant en dehors du système éducatif formel de continuer leurs études tout en apprenant un métier. La branche de l’Est, lancée en 2013, encadre 18 jeunes de la région avec cet objectif. Pour cela, elle bénéficie du soutien de l’hôtel Constance Belle Mare Plage. Non seulement sur le plan financier, mais aussi pour l’avenir professionnel des jeunes en leur ouvrant le milieu hôtelier. L’objectif étant de se servir de ce secteur comme une plateforme de développement pour les jeunes issus de milieux démunis.
Selon Sona Bissoondeeal, Resident Manager de l’hôtel : « Nous sommes heureux et fiers de faire partie de ce projet qui a comme objectif de promouvoir les métiers du tourisme, et du golf, auprès des jeunes venant de milieux difficiles. À travers cette collaboration avec la MRFE, nous investissons dans la jeunesse de demain, car leurs possibilités de progression dans le domaine hôtelier sont illimitées. »
La semaine dernière, les jeunes avaient été invités à une séance d’initiation au golf au Constance Belle Mare Plage. Non seulement se sont-ils familiarisés à ce sport, mais ils ont aussi été invités à suivre l’exemple de Vishnu Seeneevassen, le Golf Pro de l’hôtel, qui avait démarré sa carrière comme caddy, pour ensuite parfaire ses connaissances et gravir les échelons. « Cette année, il a même participé à un tournoi de golf international, le MCB Tour Championship qui clôt la saison du European Senior Tour. Tous les jeunes qui commencent aujourd’hui ont la chance de faire un cheminement similaire, et c’est d’ailleurs ce que je leur souhaite », a ajouté Sona Bissoondeeal.
Parjyoti Derochoonee, directrice de la MFRE, a remercié l’hôtel d’aider ces jeunes en difficultés. « C’est grâce aux sponsors, tels que Constance Belle Mare Plage que nous pouvons accueillir ces jeunes. Nous espérons atteindre le nombre de 40 jeunes en 2015. » Philippe Ah Chuen, président de l’ONG, a lui rappelé que la première MFR a vu le jour dans le nord il y a 20 ans. « Aujourd’hui, nous y proposons une aide et un accompagnement personnel pour les jeunes que nous encadrons. À la MFR, nous sommes d’avis que la réussite académique est certes importante, mais l’environnement dans lequel évoluent les jeunes est aussi primordial. Nous accueillons des jeunes qui viennent de milieux difficiles et, avec l’aide de nos sponsors, de nos encadreurs et des parents, nous leur donnons une seconde chance. Un de nos anciens bénéficiaires est d’ailleurs devenu directeur d’une filiale de Renault à Mayotte, ce qui prouve bien qu’à force de persévérance, tout est possible. »