Créateur d’entreprise, tel est le nom du dernier-né des projets initiés par le groupe MCB et dont l’objectif est de soutenir financièrement la formation d’une dizaine d’entrepreneurs en herbe et leur accompagnement dans la concrétisation de leurs idées. Le groupe bancaire a obtenu le concours de l’Analysis Institute of Management (AIM) et de l’Université Paris-Dauphine (UPD) pour l’organisation de cette formation qui se déroulera au siège de l’UPD à Ébène.
Le groupe MCB consacrera un budget de Rs 120 000 par candidat sélectionné pour cette formation spécialisée qui s’étalera sur huit sessions espacées couvrant une période de deux mois. Ce sont principalement des jeunes créateurs d’entreprise, âgés de pas plus de 35 ans et détenant au moins le Higher School Certificate, qui pourront s’inscrire pour cette formation. Une présélection des quinze meilleures candidatures sur la base des dossiers présentés et de l’originalité des projets envisagés sera effectuée par les promoteurs de Créateur d’entreprise et sera suivie par le choix d’une liste finale de dix candidats. Les intéressés ont jusqu’au 5 février 2016 pour s’inscrire sur www.createurentreprise.mu, un site dédié au programme, en présentant brièvement leurs projets.
La formation se déroulera en mars et avril 2016. Animée par Catherine Légier-Jarniou et Georges Kalousis, tous deux de l’Université Paris-Dauphine, elle permettra, entre autres, aux participants de définir leur business model, de formaliser leur offre, d’intégrer la logique financière, d’établir un business plan, d’élaborer un plan commercial, de mettre en place une organisation et de s’armer pour une communication efficace. À la fin de la formation, une soutenance de projet est prévue devant un panel composé de représentants de la MCB, de l’Université Paris-Dauphine et de l’AIM.
Présentant Créateur d’entreprise lors d’une conférence de presse hier au siège de la MCB, Alain Law Min, Deputy Chief Executive de la MCB, et Nathalie Job, CEO d’AIM, ont soutenu que l’objectif du projet est de soutenir les jeunes dans la concrétisation de leurs projets d’entreprise, de leur donner la confiance nécessaire pour aller de l’avant avec leurs idées, cela au moyen d’un renforcement de leurs capacités.
« Il existe une perception qu’il suffit d’avoir une idée et trouver un financement pour créer une entreprise florissante. Les chances de survie d’un tel business sont minimes. Avoir une idée, aussi brillante qu’elle soit, n’est qu’un début. Il y a tout un processus, toute une réflexion que beaucoup d’entrepreneurs en herbe semblent ignorer : business model, business plan, stratégie commerciale et plan de communication entre autres. Dans les affaires, le plus important n’est pas l’idée mais la personne. D’où l’importance du capacity building et la pertinence de Créateur d’entreprise », fait-on ressortir dans les milieux de la MCB.
On relève par ailleurs que le taux d’échec des nouvelles entreprises est élevé quel que soit le pays. Plusieurs raisons sont avancées : absence d’approche stratégique, méconnaissance du marché, expansion trop rapide et pas suffisamment planifiée, manque de prévision financière et d’accompagnement du créateur d’entreprise. Alain Law Min et Nathalie Job ont fait comprendre que Créateur d’entreprise vise justement à donner des outils aux futurs entrepreneurs pour qu’ils puissent maximiser les chances de réussite.
À la question de savoir si la MCB serait disposée à accorder le soutien financier nécessaire pour la mise en route des projets présentés par les dix candidats sélectionnés, Alain Law Min a déclaré que tout dépendre du mérite des projets. « Il n’y a aucune garantie que la MCB financera les projets en question. Il est, cependant, un fait qu’à travers Créateur d’entreprise nous aurons une meilleure visibilité des projets présentés », indique le Deputy Chief Executive de la MCB.
La formation dispensée ne sera pas une fin en soi, souligne-t-on dans les milieux bancaires. La MCB, par le truchement de son service de Business Banking, mettra ses compétences à la disposition des entrepreneurs en herbe, comme c’est le cas actuellement avec les entreprises qui bénéficient de son accompagnement financier.
Alain Law Min a, en réponse à une question, laissé entendre que le groupe bancaire décidera, en fonction des retombées de Créateur d’entreprise, s’il y a lieu de répéter la session de formation en partenariat avec l’AIM et l’UPD. « Les PME ont un rôle important à jouer dans notre économie. Ce secteur contribue d’une façon significative au produit national brut et à l’emploi. À travers Créateur d’entreprise, nous voulons contribuer à sa consolidation », a-t-il ajouté.