Le chantier de la centrale thermique de Saint-Louis, dont la mise en opération devra mettre à l’abri le pays et le Central Electricity Board (CEB) de tout risque de Black-Out, progresse sur deux fronts. Au niveau des travaux sur le site de Pailles, les sous-contracteurs de PADCO, engagés dans des travaux de construction, se disent confiants de pouvoir livrer le gros oeuvre selon le calendrier établi. Du côté des constructeurs des quatre turbines d’une capacité moyenne de 15 MW chacune, le tandem Wärtsilä et Burmeister & Wain Scandinavian Contractor (BWSC), le target demeure la livraison des équipements au CEB vers la fin de cette année. La mise en opération de ces nouveaux équipements, donnant au CEB une marge de manoeuvre plus sécurisée en matière de génération d’énergie électrique, est annoncée pour septembre 2017. Par contre, du côté des habitants de la région de Pailles et du voisinage de la centrale thermique de Saint-Louis, les inquiétudes par rapport aux risques de pollution sont de mise avec la mobilisation prenant la forme d’une pétition, qui a recueilli au moins un millier de signatures.
Wärtsilä et Burmeister & Wain Scandinavian Contractor confirment que selon le programme de travail établi, la 67 MW Smart Power Generation Plant, comprenant quatre moteurs de 18V46 opérant à base d’huile lourde, sera acheminée vers Maurice vers la fin de cette année. Ainsi, une étroite coordination doit être assurée entre la manufacture des équipements de la centrale et les travaux de construction à la centrale de Saint-Louis pour éviter tout contretemps.
Des indications recueillies de sources officielles confirment que la compagnie PADCO, qui a pris possession du chantier le 29 mars dernier, en est actuellement à la construction des bases pour réceptionner les quatre moteurs. Cette étape devra être franchie vers la fin de ce mois avec l’installation des moteurs pour janvier prochain.
Avec la réception des quatre moteurs, tout doit être prêt pour les accueillir sur place. Subséquemment interviendra l’étape cruciale de l’installation des moteurs selon le plan détaillé et les premiers essais avec la mise à feu officielle. Au CEB, on indique qu’à ce stade, tout est mis en oeuvre pour que la date de septembre 2017 soit respectée à la lettre. Chaque mois d’avance sur le programme des travaux fera économiser au CEB quelque Rs 250 millions dans son budget.
À ce jour, le projet de réhabilitation de la centrale thermique de Saint-Louis est connu pour les longs délais accumulés, soit de plus d’une année, avec l’annulation d’un premier exercice d’appel d’offres. L’une des principales répercussions, à part le délai dans la mise en oeuvre de ce projet, est le facteur des Escalating Costs. Initialement, la modernisation de la centrale de Saint-Louis était évaluée à Rs 3,6 milliards. Au final, le coût est monté à Rs 4,3 milliards.
Toutefois, répondant à une interpellation du leader de l’opposition, Paul Bérenger, le vice-Premier ministre et ministre des Services publics, Ivan Collendavelloo, a justifié cette différence de Rs 700 millions. « The new price with compliance with specifications for 66 megawatt capacity is Rs 4.3 billion. I am advised that the difference in costs is attributed to change of technical specifications by the CEB ; correction of deviation leading to rejection of first tender ; higher rating of units by 10 %, and market conditions prevailing », avait-il déclaré à l’Assemblée nationale.
À partir de septembre de l’année prochaine avec ces quatre nouveaux moteurs, la présence de Wärstilä/BWSC deviendra encore plus importante. Les équipements de ce tandem de Scandinavie passeront à 200 MW, soit 25 % de la capacité globale de génération électrique du pays. « Wärtsilä has been our trustworthy and professional partner for over 10 years. Their solutions are among the best in the market for producing reliable and highly efficient electricity with low emissions and low noise levels », déclare à ce sujet Martin Kok Jensen, Sales and Marketing Director de Burmeister & Wain Scandinavian Contractor A/S (BWSC), qui fait également comprendre que « the modernized power station will provide semi-baseload power, including daily starts and stops, to the local residents and industries ».
BWSC maintient que la mise en opération de ces quatre moteurs ne constituera aucun handicap dans l’objectif visant à atteindre 35 % d’énergie renouvelable dans la production nationale d’ici 2015. « By compensating for the gaps in the intermittent output of renewable sources, this fast-reacting plant will be able to support in renewable energy integration », ajoute Joost Bos, Business Development Manager de Wärtsilä.
Toutefois, le principal obstacle est l’opposition des habitants de la région de la centrale thermique contre les risques de pollution et de nuisance. Une campagne est menée de manière systématique contre cette modernisation de Saint-Louis et incessamment une pétition devra être remise aux autorités du pays à cet effet.