Maurice et la France ont signé hier après-midi une convention de crédit pour le secteur de l’énergie, portant sur un montant de 50 millions d’euros, soit environ Rs 2 milliards, à être décaissé par l’Agence française de développement (AFD). Ce prêt est accompagné d’une subvention de 1,5 million d’euros (environ Rs 60 millions) de l’AFD pour la mise en oeuvre d’un programme de coopération technique.
Cette convention de financement de l’aide sectorielle énergie verte a été paraphée par le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, l’ambassadeur de France à Maurice, Laurent Garnier, et la directrice de l’AFD, Lawrence Breton-Moyet. L’enveloppe de 50 millions d’euros sera décaissée en deux tranches de 20 millions d’euros en 2013 et de 30 millions d’euros en 2014 afin, comme l’a souligné Xavier-Luc Duval, « de promouvoir la sécurité énergétique, la maîtrise de la demande et l’équilibre économique du secteur ». Cette aide budgétaire sectorielle, précise pour sa part l’AFD, « sera utilisée comme un levier de réformes au sein des ministères techniques concernés ».
Le projet, indique les milieux officiels, contribuera au renforcement du dialogue politique sur un certain nombre de sujets : a) la planification et la régulation du secteur énergétique, b) la diversification de la matrice de la production d’électricité et c) la promotion de l’efficacité énergétique. Le programme de coopération technique qui accompagne l’octroi de ce prêt de 50 millions d’euros, fait provision pour la mise à disposition du ministère de l’Énergie d’une expertise internationale afin de renforcer les fonctions de planification et de régulation du ministère et appuyer les évolutions de réglementation afin de favoriser le développement des énergies renouvelables. Des subventions françaises sont aussi prévues pour la préparation et la mise à exécution de projets en matière d’efficacité énergétique. L’AFD indique que parmi les projets envisagés, il y a un programme de réhabilitation des bâtiments publics, la mise en place de facilités de financement pour les ménages qui voudraient acquérir des équipements domestiques efficaces ainsi qu’un programme national d’efficacité énergétique à être lancé en collaboration avec le Joint Economic Council (JEC) et les entreprises.
« Je suis heureux que la présente signature ait lieu juste après mon retour du récent forum franco-africain de Bercy qui a renouvelé et renforcé sur de nouvelles bases le partenariat France-Afrique », a déclaré Xavier-Luc Duval, qui a soutenu que les réalisations découlant du partenariat avec l’AFD sont « très éloquentes ». Depuis son retour à Maurice en 2007, l’AFD a accordé son appui à plusieurs projets infrastructurels, de développement durable et d’intégration régionale par le truchement de la Commission de l’océan Indien.
L’AFD a déjà accordé des prêts d’appui budgétaire global de 167 millions d’euros (Rs 6,7 milliards) ainsi que quatre prêts totalisant Rs 8 milliards à taux préférentiels pour la réalisation de projets d’envergure : route Terre-Rouge- Verdun, assainissement du tout-à-l’égout à Grand-Baie, barrage de Rivière-des-Anguilles et extension du terminal du port. L’agence a aussi offert différents dons/subventions sous forme d’assistance technique destinés au Fonds Maurice île Durable, à des études de faisabilité touchant le secteur de l’énergie, de l’eau potable et de l’industrie. Avec la convention signée, hier, le montant global de l’enveloppe offerte par l’AFD s’élève à plus de 535 millions d’euros (Rs 21,4 milliards).
Par ailleurs, l’AFD a mis une ligne de crédits de l’ordre de 40 millions d’euros (Rs 1,6 milliard) à la disposition des banques commerciales pour être rétrocédée à des promoteurs privés de projets portant sur l’efficacité énergétique. L’agence discute actuellement avec les banques des modalités d’octroi d’une ligne de crédits additionnels s’élevant à 60 millions d’euros (autour de Rs 2,4 milliards).
Pour l’ambassadeur de France, Laurent Garnier, le nouvel accord de financement s’inscrit dans le cadre d’un partenariat « très solide » entre la France et Maurice et vise à appuyer la stratégie du gouvernement mauricien en matière de développement de l’énergie verte. Laurent Garnier a fait état du plan stratégique à long terme en matière de développement durable et de l’objectif de réduire la dépendance de l’énergie fossile. Il a en outre rappelé que la France est aussi impliquée dans le projet d’accord Maurice-Réunion pour un partage d’expériences dans les domaines de l’énergie verte et de l’efficacité énergétique.