La première réunion régionale des SIDS (Small Insular Developping States) DOCK pour la région Afrique et océan Indien a eu lieu la semaine dernière à Sao Vincente au Cap Vert sur le thème Transformation du secteur de l’énergie dans les PEID pour permettre l’adaptation au changement climatique.
Cet atelier régional a réuni pendant quatre jours une cinquantaine de participants venant de cinq pays insulaires d’Afrique et de l’océan Indien : Cap Vert, Maldives, Maurice, les Seychelles et Sao Tomé-et-Principe. Maurice, qui est le Coordonateur régional du projet, était représenté par P.M.K. Soonarane, du ministère de l’Énergie et des Services publics.
Les partenaires régionaux et internationaux de développement dont la Banque mondiale, le Programme de développement des Nations unies (PNUD), la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest et l’Agence internationale d’Énergie renouvelable, entre autres étaient présents.
La conférence qui s’est ouverte le 24 juillet a conclu ses travaux le 27 juillet par l’adoption des recommandations de la réunion, appelant à la concrétisation de l’accès universel aux services énergétiques modernes et abordables, tout en protégeant l’environnement et en créant de nouvelles opportunités pour la croissance économique.
Selon la Déclaration, les délégués soumettront de nouveaux projets en vue de bénéficier de la nouvelle tranche de financement, somme qui sera déboursée à hauteur de 1,7 million de dollars. Les États membres se sont également penchés sur l’étude de faisabilité du projet de Conversion de l’Énergie Thermique de l’Océan dans la République des Îles Marshall et ont agréé à l’allocation de US $ 2,9 millions, dont US 600 000 de l’allocation de la région AIMS, de la première tranche du financement japonais au projet.
Dans le sillage de la mise en oeuvre du mécanisme de financement par le Secrétariat de SIDS DOCK, les délégués ont convenu de soumettre leurs commentaires et recommandations au Project Coordination Group après consultations au niveau national dans leurs pays respectifs. La Déclaration réitère que SIDS DOCK doit continuer à travailler de concert avec des organisations régionales en Afrique et dans l’océan Indien telles que l’Economic Community of West African States (ECOWAS), la Commission de l’océan Indien et l’Agence internationale de l’Énergie renouvelable (IRENA).
Autres points forts de la Déclaration : le programme d’éducation publique pour les États membres, le transfert de connaissances et une communication accrue entre les membres, l’identification de technologies d’énergies renouvelables pour les PEID, et la reconnaissance de SIDS DOCK à la troisième conférence internationale des PEID qui se tiendra du 1er au 4 septembre 2014 aux Samoa.
La réunion de SIDS DOCK avait pour objectifs de discuter des mesures en vue d’atténuer le problème énergétique auxquels font face les îles d’Afrique et de l’océan Indien. En effet, la dépendance énergétique est une source majeure de vulnérabilité pour ces pays. Les PEID consomment US $ 220 millions de produits pétroliers par an, dépendent à 90 % sur les combustibles fossiles, et une grande partie de leur Produit Intérieur Brut est utilisée pour financer l’importation de produits pétroliers.
Lors de la réunion, les participants se sont familiarisés avec le mécanisme national de financement, le Réseau virtuel de connaissances, le programme de rehaussement des capacités, le Revolving Fund et l’Innovation Fund.
Plusieurs thèmes étaient à l’agenda, notamment la situation énergétique dans les pays membres de SIDS DOCK dans la région Afrique et océan Indien, le plan d’éducation et de sensibilisation de SIDS DOCK, et l’initiative globale L’Énergie durable pour tous, entre autres.