L’opinion et la volonté du gouvernement sont fermes : « Maurice peut être un exemple pour le monde entier et nous pouvons réduire de façon significative notre dépendance aux énergies fossiles et devenir une société durable ». C’est ce qu’a fait ressortir le Premier ministre, Navin Ramgoolam, vendredi au Domaine des Aubineaux, à l’occasion du lancement officiel de la centrale électrique Gas to Energy du centre d’enfouissement de Mare Chicose. Un projet de la compagnie Sotravic Ltée, qui fêtait en même temps ses 25 ans d’existence.
Félicitant Sotravic Ltée pour son initiative grâce à laquelle « un nouveau Independent Power Producer (IPP) est né », et citant en exemples à suivre différents projets, dont celui d’une école secondaire, d’un institut de formation et d’une firme commerciale qui sont déjà devenus des IPP – et les 97 autres qui obtiendront leur permis l’année prochaine – Navin Ramgoolam a répondu à ses détracteurs, qui estiment que « le slogan « Maurice Île Durable » est creux ». « Ouvrez vos yeux et vous verrez. Déjà, la centrale électrique Gas to Energy représente un exemple concret de ce que le gouvernement veut faire à travers le concept MID », a-t-il déclaré, faisant ressortir qu’avec le concours de son conseiller spécial, Joël de Rosnay, le gouvernement finalise actuellement la MID Strategy et le MID Action Plan.
Se référant aux installations des stations hydroélectriques de La Nicolière et du Midlands Dam, d’une ferme éolienne à Pointe Curepipe et d’une autre à Plaine-des-Roches, ou encore au projet d’éthanol pour les véhicules, et à l’entreprise d’une étude sur l’énergie géothermale dès le début de 2012, le PM rappelle que plusieurs autres projets de développement durable sont envisagés à Maurice et à Rodrigues. « Certaines personnes, probablement d’une certaine étroitesse d’esprit, clament toujours que le concept MID est un slogan creux. J’aurais souhaité qu’elles aient été invitées ici, ce soir, pour voir d’elles-mêmes la réalisation de ce projet », devait lancer Navin Ramgoolam à l’assistance, où se trouvait, entre autres personnalités présentes, le Whip de l’Opposition, Rajesh Bhagwan. 
Pour le Premier ministre, « le projet de Sotravic Ltée est la preuve que la persévérance paie ». Il souligne que ce projet a été enregistré auprès du Secrétariat Général de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, en tant que projet du Mécanisme de développement propre (MDP), instauré dans le cadre du Protocole de Kyoto. Navin Ramgoolam fait ressortir qu’un des principaux objectifs du concept MID, lancé depuis 2008, est d’encourager la réduction des émissions de carbone en favorisant l’utilisation des sources d’énergie renouvelable disponibles localement. Affirmant que les projets comme celui de Sotravic changeront de manière significative la perception de la production d’énergie à Maurice, le chef du gouvernement a souhaité que d’autres compagnies suivent le pas.
Mettre un terme aux abus
Félicitant le directeur de Sotravic Ltée pour le Tecoma Award du meilleur entrepreneur de l’année, qui lui a été récemment décerné, Navin Ramgoolam fait ressortir que cette distinction remise à Pierre Ah Sue ne le surprend pas. Selon lui, l’efficacité avec laquelle sa compagnie avait complété le projet de raccordement du réservoir de Mare Longue à celui de Mare aux Vacoas, « dans les délais et sans coûts additionnels », démontre son engagement et sa capacité à contribuer au développement du pays. Le chef du gouvernement a profité de l’occasion pour faire une sortie en règle contre « les personnes qui font des demandes déraisonnables et ceux qui se cachent face à des difficultés ». Il fustige ainsi les firmes privées qui essayent de tirer profit des coûts additionnels, après avoir obtenu un contrat public à prix réduit. « À mi-contrat, ils réclament plus d’argent, et c’est nous qui devons en répondre devant le Parlement », déplore-t-il, indiquant que son gouvernement a l’intention de mettre un terme à ce type d’abus.
De son côté, Pierre Ah Sue est revenu sur les valeurs ayant fait le succès de son entreprise établie depuis 25 ans. « À mes débuts, je n’aurais jamais imaginé faire un aussi long et riche parcours, et que Sotravic serait l’une des sociétés majeures contribuant à l’avancement économique du pays », a-t-il indiqué. Mais grâce à la contribution de « ses proches, ses employés et autres collaborateurs », Sotravic se positionne aujourd’hui sur la voie du succès. « Outre le goût du risque et la persévérance, parmi les valeurs essentielles de l’entreprise, l’élément capital sans lequel Sotravic n’aurait pu progresser, c’est nos ressources humaines », a rappelé l’entrepreneur de l’année. C’est dans cet esprit de reconnaissance qu’au cours de cette cérémonie marquant le 25e anniversaire de Sotravic, Navin Ramgoolam et Pierre Ah Sue ont remis un trophée à Kishore Lalljee, le premier employé de la compagnie, embauché à sa création en 1986, en récompense de sa loyauté.
——————————————————————————————————————————
Une production de 3 MW d’électricité verte
La centrale de valorisation énergétique de Mare Chicose constitue le premier projet à base de biogaz à être mis sur pied à Maurice. Issu de la dégradation naturelle des déchets, le biogaz de la décharge, riche en méthane, est puisé au coeur des ordures stockées dans les cellules d’enfouissement du centre. À l’initiative de Sotravic Ltée, qui a intégralement financé sa réalisation (Rs 200 millions), la centrale a démarré ses opérations le 3 novembre. Avec une puissance actuelle de 2 MW – qui sera augmentée graduellement pour atteindre les 3 MW – cette unité permet d’obtenir une source d’énergie verte, réduisant ainsi les besoins en combustibles fossiles et évitant le rejet de 668 000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère. L’intégralité de l’électricité produite est injectée dans le réseau électrique du CEB. Cette centrale a, de plus, la capacité de produire 110 millions de kWh dans les cinq ans à venir. Elle peut ainsi, selon ses promoteurs, répondre aux besoins en électricité de quelque 5 000 maisons. Ce qui représente environ 1% de la production électrique totale du pays.