Maurice dépend de plus en plus de l’énergie fossile – 86 % en 2014 contre 85 % en 2013 — selon les statistiques officielles rendues publiques la semaine dernière par Statistics Mauritius.
Selon cette institution gouvernementale, les produits pétroliers ont constitué 55 % de ce pourcentage et le charbon, 31 %, soit 1,279 million de tonnes en 2014 contre 1,235 million de tonnes en 2013. Le pourcentage des différents produits fossiles dans les besoins d’énergie primaire de l’île était comme suit : charbon 30,9 %, essence 17,1 %, diesel 13,9 %, gasoil 10,2 %, carburants pour avions 8,5 %, gaz ménager 5,1 % et kérosène 0,1 %.
Statistics Mauritius a indiqué que les besoins totaux en énergie primaire étaient de 1,492 million de tonnes en 2014, en hausse de 2,5 %, contre 1,455 million de tonnes en 2013. Par conséquent, les besoins en énergie primaire par tête d’habitant ont augmenté de 1,7 % — de 1,16 tonne en 2013 à 1,18 tonne en 2014. Par ailleurs, Maurice a produit en 2014 un total de 14 % d’énergies renouvelables – eau, vent, gaz d’enfouissement, photovoltaïque, bagasse et bois – pour ses besoins en énergie primaire. La bagasse et l’eau ont contribué à hauteur de 91 % et 4 % respectivement des sources locales d’énergies renouvelables.
En ce qui concerne l’eau, Statistics Mauritius a indiqué qu’en 2014, l’île a obtenu 3,905 millions de mètres cubes de précipitations. De ce volume, seulement 10 % ont alimenté les nappes phréatiques. Le mois le plus pluvieux a été janvier avec une moyenne de 419 mm — ce qui représente un surplus de 59 % de la moyenne sur le long terme de 1981 à 2010. Le mois de septembre a été le plus sec avec seulement et une moyenne de 54 mm des pluies.
Le volume total d’eau potable ainsi produit dans l’île a augmenté de 5,5 % — de 217 millions de mètres cubes en 2013 à 229 millions de mètres cubes en 2014, dont environ 52 % des nappes phréatiques et 48 % des réservoirs de surface. Le volume d’eau vendu aux consommateurs est passé de 111,3 millions de mètres cubes en 2013 à 111,8 millions de mètres cubes en 2014. Ce qui a généré des revenus de l’ordre de Rs 1,365 milliard en 2014 contre Rs 1,348.7 milliard en 2013.