Les groupes Terra et Omnicane étudient actuellement des projets de partenariat dans le domaine de la production énergétique. C’est ce qu’annoncé, le Managing Director de Terra, Cyril Mayer, lors d’une réception marquant le changement d’identité de son partenaire historique dans la centrale thermique Terragen, (anciennement Belle-Vue). Après un exercice de rebranding, la société Séchilienne-SIDEC, actionnaire dans Terragen, est désormais connue sous l’appellation Albioma.
Selon Cyril Mayer, la réussite de la centrale thermique Terragen a incité le groupe Terra à envisager d’autres projets de développement dans le domaine de la production énergétique avec son partenaire Albioma. « Ensemble, nous envisageons, entre autres possibilités, le “carbon burn-out” avec Omnicane, la collecte de la paille de canne laissée aux champs afin de la brûler dans nos chaudières, le séchage de la bagasse et surtout, la recherche de combustibles alternatifs au charbon en vue de préparer l’avenir et d’aider à épargner notre planète », a annoncé le Managing Director de Terra.
Cyril Mayer a souligné que son groupe a, à coeur, ce type de développement. « La vision déclarée du groupe Terra, qui fête cette année les 175 ans de ses origines, est “un monde où le développement est durable” », a-t-il rappelé.
Le partenariat entre Terra, connue à l’époque sous le nom d’Harel Frères, et Séchilienne-SIDEC a démarré il y a une quinzaine d’années lorsqu’Harel Frères recherchait un partenaire stratégique pour réaliser à Maurice une centrale bagasse-charbon de dernière génération. Comme son partenaire, la compagnie a procédé à un changement d’identité en 2011. « C’est une étape forte et importante de l’histoire d’un groupe. Il convient, à ce moment-là, de se retourner sur le passé et de faire le bilan de ce qui a été accompli jusqu’ici. Et cela pas seulement pour en faire mémoire et s’en réjouir, mais surtout pour s’en inspirer afin de rebondir et d’avancer vers de nouveaux défis et de plus larges horizons », a ajouté le Managing Director de Terra.
Terragen a fourni depuis 13 ans une moyenne de quelques 350 GWh d’électricité par an. Cela représente actuellement environ 15 % de la consommation nationale annuelle, dont une moyenne de 100 GWh à partir de la bagasse, résidu de la canne à sucre. « Ce modèle permet ainsi de valoriser et de maximiser l’utilisation d’une énergie verte et renouvelable, dont peu de pays peuvent se targuer de produire une si grande proportion de leur consommation totale », indique un communiqué de presse du groupe.
Notons qu’Albioma produit de l’énergie électrique en valorisant par cogénération toutes les formes de biomasse. Son ambition est d’être reconnu comme le partenaire de référence des agro-industriels dans la valorisation à haute efficacité énergétique de la biomasse sans conflit d’usage. En complément, Albioma développe et exploite des projets solaires à forte rentabilité.