La coalition pour la mise en place d’une People’s Cooperative Renewable Energy a soumis cinq propositions au ministère des Finances dans le cadre de la préparation du prochain budget. On y relève, entre autres, l’imposition d’une coal tax sur les IPPs et la mise en place d’un plan pour soutenir le projet des petits planteurs pour des fermes photovoltaïques de 50 MW.
Des mesures concrètes pour promouvoir l’énergie verte et la démocratisation de l’économie. C’est sur ce principe que la coalition regroupant des petits planteurs, des syndicalistes, des militants de l’environnement et des citoyens, entre autres, a soumis ses propositions au ministère des Finances hier. La campagne Power Shift a démarré l’année dernière et une première coopérative solaire a été dûment enregistrée auprès des autorités concernées. Mais pour fonctionner, il faut des mesures qui permettront de financer de tels projets.
La coalition propose ainsi au ministère des Finances d’introduire une taxe sur le charbon aux Independent Power Producers (IPPs). L’argent collecté, dit-elle, pourrait être versé dans un fonds qui permettrait de financer des projets d’énergies renouvelables. Dans le document signé Yan Hookoomsing et Michel Chiffonne, la coalition précise que les Power Purchase Agreements (PPAs) avec les IPPs arrivent à terme et que c’est le moment approprié d’introduire une telle mesure avant tout renouvellement.
Le collectif suggère également de mettre en place un Small Planters Solar Electricity Production Scheme pour la mise en place des fermes photovoltaïques de 50 MW. Un tel plan atteindrait à la fois trois objectifs, soutient-on : la démocratisation de l’économie, soutenir le projet Maurice Ile Durable et assurer l’avenir économique des petits planteurs après l’effondrement du marché du sucre.
Dans le même ordre d’idées, l’émission de Green Energy Bonds par le gouvernement pourrait aussi soutenir les projets d’énergies renouvelables, note la coalition. Cela permettrait au public de placer son argent en toute sécurité, tout en permettant la création d’un fonds pour les énergies renouvelables. Le CEB, notamment, pourrait en profiter pour passer au vert, souligne-t-on.
La coalition suggère également que les Rs 10 millions que le CEB devait investir dans CT Power soient utilisées pour acheter des unités de stockage d’électricité produite par les énergies renouvelables. Finalement, il est suggéré que les individus et les organisations ayant investi dans de tels projets soient exemptés de l’Income Tax et de la TVA.
Signalons que ces cinq propositions avaient au préalable été votées lors d’une rencontre de la coalition il y a deux semaines.