SETL meeco a présenté ses deux nouvelles installations photovoltaïques : une à l’école primaire de Lorette, Port Louis, et l’autre dans l’enceinte du groupe EAL Man Hin. L’occasion pour l’entreprise de rappeler l’importance des énergies renouvelables.
Née en février 2013 d’un joint-venture entre SETL, une filiale de Leal Group, et meeco AG, présente depuis plus de 80 ans dans le secteur énergétique, SETL meeco a présenté à la presse hier ses deux nouvelles installations photovoltaïques. La première est située à l’école Lorette de Port-Louis. Sur le toit de l’école trônent désormais pas moins de 120 panneaux photovoltaïques, dégageant pas moins de 18 KW, permettant ainsi à l’établissement de bénéficier d’une quasi autonomie énergétique et, ce faisant, de réduire considérablement sa facture d’électricité. « Depuis que nous avons installés ces panneaux, en septembre dernier, nous avons constaté une diminution incroyable de notre facture d’électricité. Nous pouvons même aussi revendre l’éventuel surplus d’énergie au CEB », explique Monique Lebon, assistante directrice de l’école. Pour ce faire, l’établissement aura cependant dû investir un peu moins de Rs 2 millions. Mais le jeu en vaut la chandelle, d’autant que l’installation de ce nouvel équipement avait également une vocation pédagogique. « Nous avons dispensé beaucoup de cours interactif avec les enfants pour les sensibiliser au maximum sur le concept d’énergie renouvelable. Force est de constater qu’ils étaient d’ailleurs bien conscients de son importance. Quant aux parents, ils sont fiers de voir une telle innovation dans l’école » poursuit-elle.
Philippe Genoud, Chief Operating Officer  de SETL meeco, explique : « Notre entreprise est un des leaders en matière d’installations de kits et de générateurs photovoltaïques à Maurice. Nous ambitionnons de nous positionner comme défenseur des énergies vertes dans l’île. Avec plus de 107 installations à son actif à ce jour, tant à Maurice qu’à Rodrigues, l’entreprise fournit à elle seule une production totale d’électricité d’une valeur approchant Rs 20 millions par an. Par ailleurs, des 1,8 MW SSDG (Small Scale Distributed Grid, dans le cadre du concept Maurice Ile Durable) connectés par le réseau photovoltaïque à Maurice, 1,4 MW reviennent aux installations réalisées par SETL meeco. Divers autres projets photovoltaïques sont en cours d’installations par l’entreprise, qui compte bien faire de l’écologie son allié dans sa démarche pour une île Maurice plus verte. »
EAL Man Hin, à Port-Louis, en est d’ailleurs bien conscient. SETL meeco y a d’ailleurs installé aussi un réseau photovoltaïque, lequel fournit 100 KW. D’un coût de Rs 15 millions, elle sera sans nul doute très bénéfique dans les années à venir. Philippe Genoud reprend : « Les gens ont tendance à croire que le photovoltaïque coûte cher. Ils oublient qu’il s’agit d’un investissement et qu’au final, on en sort gagnant car on devient autonome en matière d’énergie. Sans compter que l’on peut revendre son surplus d’énergie au CEB. » Et de préciser qu’il y a une réelle demande à Maurice dans le secteur du photovoltaïque. « Notre société a choisi de se tourner vers l’énergie verte, car il y a une demande grandissante à Maurice. Nous sommes en phase avec le concept Maurice Ile Durable, et cela représente une opportunité économique qui peut être très bénéfique pour tout un chacun. Il y a un marché pour l’énergie verte à Maurice, car le consommateur réalise les économies importantes qu’il peut faire sur sa facture d’électricité, et ce tout en contribuant à la préservation de l’environnement. Nous contribuons humblement à la réduction des gaz à effet de serre et réduisons ainsi notre dépendance aux énergies fossiles », souligne encore Philippe Genoud.
En outre, SETL meeco commercialise divers types de kits photovoltaïques, notamment le grid-tied, le grid-tied avec backup – dont l’installation requiert un permis du CEB, le kit hybrid ainsi que le stand alone kit, modèles pour lesquelles l’approbation du CEB n’est cette fois pas nécessaire. Les kits solaires, couplés à un système de stockage, permettent à  leurs utilisateurs d’éviter la mauvaise expérience des coupures d’électricité, et ce tout en profitant d’une baisse conséquente de leur facture d’électricité. De plus, l’utilisateur peut revendre le surplus d’électricité produite par son système si sa production excède la demande de son bâtiment.
L’entreprise propose un service « clé en main » et accompagne le client pendant ses démarches administratives auprès du CEB et des institutions financières. « De nombreux clients nous ont fait confiance, notamment des collèges, comme celui du Saint Esprit ou encore l’Universal College, ainsi que des entreprises privées, à l’instar de la Clinique du Nord et EAL Man Hin Group », avance Prakash Ramiah, Assistant General Manager chez SETL meeco.
L’entreprise ne compte d’ailleurs pas s’arrêter en si bon chemin. Parmi ses projets en cours de réalisation : l’installation d’un deuxième système photovoltaïque à l’Otentic Eco Lodge, au village de Deux Frères, ou encore la prochaine installation de systèmes photovoltaïques totalement autonomes et mobiles sur plusieurs îlots, dont l’Ile aux Aigrettes. Ce dernier projet s’insère dans le cadre du programme CSR de SETL meeco, qui a souhaité offrir un système d’énergie renouvelable à la Mauritius Wildlife Foundation.