Omnicane se lance dans la méthanisation de la vinasse, qui permettra de produire de l’électricité à partir du biogaz. C’est une innovation dans l’utilisation d’un sous-produit de la canne soutenue par la Commission de l’océan Indien et l’Union européenne sous le programme Énergies. La première phase du projet entrera en opération en 2019 et permettra, dans un premier temps, la production de 1,5 MW d’électricité. À terme, ce sont 3 MW qui pourront être exportés sur le réseau du CEB. Le lancement du projet a eu lieu hier, en présence de la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim.
Omnicane est passé à une nouvelle étape dans la réforme de l’industrie cannière avec le projet de méthanisation de la vinasse. Ce procédé suit la mise en place d’une distillerie d’éthanol en 2014. Deux sous-produits de la production d’éthanol, le gaz carbonique et la vinasse, sont utilisés respectivement dans la fabrication de boissons gazeuses et dans l’élaboration de fertilisant bio. Dorénavant, Omnicane procédera également à la méthanisation de la vinasse qui permettra la production de biogaz utilisé pour la production d’électricité.
Selon Joshua Desjardin, responsable du projet, des cuves de grandes capacités seront aménagées sur un terrain de deux hectares pour la digestion aérobique. La phase 1 du projet annoncé pour 2019, permettra d’utiliser 50 % de la vinasse produite, qui est actuellement de 120 000 tonnes par an. « Deux cuves d’une capacité 5 000 m3 seront installées et la production de biogaz est estimée à 3 000 000 m3. Ce qui permettra une production de 1,5 MW d’électricité pour la première phase. » La deuxième phase est annoncée pour 2022 et permettra la production de 3 MW d’électricité, soit 8 000 heures de courant par an.
Présentant hier le projet, Jacques d’Unienville, le CEO d’Omnicane, a rappelé la nécessité de continuer à innover pour faire face aux difficultés du secteur. Il a retracé les différentes étapes de la réforme de l’industrie sucrière qui a permis de passer de la simple production de sucre, à la production d’électricité à partir de la bagasse, la production de bioéthanol, la raffinerie et le carbon burn out. Ce dernier projet permet de transformer les résidus de cendre utilisés dans la centrale thermique en un additif propre pour le ciment. « Le projet de méthanisation de la vinasse constitue la suite de ce processus. Particulièrement à une période difficile, avec l’arrêt des quotas pour les sucriers européens en octobre, on s’attend à une chute du prix sucre sur le marché. »
La présidente de la république, Ameenah Gurib-Fakim, a félicité Omnicane pour cette initiative. Tout comme la chef de la délégation européenne, Marjaana Sall et le secrétaire général de la COI, Hamada Madi. Ces deux organisations cofinancent le projet sous le programme Énergies. Le coût total du projet est de Rs 200 millions.