C’est parti pour la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables avec la mise en place du premier parc éolien à Maurice. Depuis début janvier, le consortium Suzlon-Padgreen a en effet investi le terrain alloué par le gouvernement à Plaine-Sophie pour commencer les travaux de « survey ». Objectif : préparer la base nécessaire pour accueillir 14 turbines Suzlon, qui devraient commencer à être installées fin août, si toutes les conditions sont réunies.
Presqu’un mois après le début des travaux, le Projet Manager du site, Roshan Seeram, affiche déjà la satisfaction. « L’essentiel dans cette première phase des travaux, c’est de préparer le terrain pour accueillir la base des 14 turbines. Nous avons déjà complété les travaux préliminaires a hauteur de 50% et n’attendons plus que le permis de construction du District Council, d’ici fin mars, qui permettra de commencer les travaux nécessaires pour les bases qui serviront de support aux éoliennes », dit-il.
Quoi qu’il en soit, le panorama risque de changer dans cette partie du sud de l’île, du moins si on s’en tient aux impressions d’artistes, réalisées à partir de photos de la région. C’est en effet pas moins de 14 turbines qui viendront s’y installer. En provenance d’Inde, celles-ci feront 90 mètres de haut, chacune étant dotée de trois pales de 45 m. Le parc éolien de Plaine-Sophie, qui nécessitera des investissements de l’ordre de Rs 2 milliards, financés par une banque de la Comesa, en l’occurrence l’Eastern and Southern African Trade and Development Bank – PTA Bank du Kenya, de Suzlon-Padgreen, produira quelque 29,4 mégawatts d’électricité.
Économie de 50 000 tonnes
Selon les premières études, une fois le parc de Plaine-Sophie en opération, il évitera l’émission de 50 000 tonnes d’émission de gaz carbonique dans l’atmosphère. Le promoteur a déjà signé une accord avec la Standard Bank de Grande-Bretagne, Emission Reduction Purchase Agreement, pour une compensation de cette réduction. Dans la foulée, selon le CEB, qui a conclu un accord avec le consortium depuis août 2012 après la signature de l’Energy Supply and Purchase Agreement (ESPA), le parc éolien de Plaine-Sophie devait garantir une production annuelle de l’ordre de 3% de la consommation totale d’électricité à Maurice.
Selon Roshan Seeram, les ingénieurs de Suzlon seront à Maurice dès l’arrivée dès 14 turbines pour débuter les installations. « Cependant, le transfert de tout le matériel sur le site ne sera pas une mince affaire », avoue notre interlocuteur, avant de souligner que Suzlon-Padgreen a pris la décision de confier cette tâche difficile à une compagnie sud-africaine. Une opération aussi délicate qu’importante puisqu’à partir du mois d’août, le consortium n’aura qu’une année, à savoir jusque juillet 2015, pour commencer à produire de l’électricité, laquelle sera distribuée à la station du CEB d’Henrietta. « Pour l’heure, nous avons le bon rythme. Nous espérons que rien ne viendra contrarier notre plan de travail, qui est assez serré, mais largement jouable », souhaite le Projet Manager du site.