Le service d’online counselling, « Helpline Mauritius », dédié aux enfants et jeunes sera opérationnel en septembre, sur une base de projet pilote. L’aspect opérationnel et fonctionnel de ce service a été présenté à la presse par l’ONG Halley, l’initiatrice de ce projet, en présence des partenaires qui ont contribué à la réalisation de ce service gratuit – qui comprend une ligne verte, le 134, des conseils par courriel et le chat instantané via le site internet www.helplinemauritius.org, à l’intention des Mauriciens et Rodriguais souhaitant s’entretenir avec un conseiller en ligne.
Le nombre de cas rapportés à la Child Development Unit d’enfants victimes de maltraitances ou d’abus et de cas malheureux faisant la Une des journaux, impliquant les enfants et la jeunesse inquiètent plus d’un. L’ONG Halley Movement, qui oeuvre pour les enfants et le bien-être de la famille, a travaillé sur un projet de mise sur pied d’un service de counselling pour les enfants et jeunes de Maurice et de Rodrigues avec le soutien de Child Helpline International (un réseau mondial de lignes d’assistance aux enfants oeuvrant pour la protection des droits de l’enfant basé aux Pays-Bas) et d’autres partenaires comme Microsoft, Data Communications Ltd, la Laiterie de Curepipe et Kids Help Phone Canada.
Le service comprend des conseils par courriel (info@helplinemauritius.org), l’interaction avec des conseillers à travers le chat instantané (live chat) via le site www.helplinemauritius.org et la ligne verte, le 134. À travers le support d’internet et des nouvelles technologies très populaires auprès des jeunes, l’ONG a voulu surtout miser sur une autre approche différente au counselling traditionnel. « Nous ne cherchons pas à remplacer le traditionnel mais d’offir une approche différente, disponible à n’importe quel moment », souligne Mahendranath Busgopaul, secrétaire général du Halley Movement. Le site sera lancé sur le net le 1er août et le service dans son ensemble lancé en septembre. Ce service gratuit est destiné aux enfants de moins de 18 ans et aux jeunes de 14 à 29 ans.
L’ONG lancera d’ailleurs lundi prochain une campagne nationale en vue de sensibiliser les enfants et les jeunes. Celle-ci se traduit par des ateliers de travail et des séances d’informations dans les centres de jeunesse ; Tamarin, Villemin, Point-Jérôme, Goodlands. « Nous envisageons d’introduire ce service à la population en général et surtout le faire connaître aux jeunes et expliquer comment accéder et utiliser ces trois services », explique Palavi Nair, responsable de la campagne d’information. Le coup d’envoi de celle-ci sera donné avec un atelier prévu la semaine prochaine à l’école des Sourds, avec le concours d’un interprète du langage des signes. Du matériel de sensibilisation sera distribué aux participants.