Avec la nomination de Myriam Narainsamy à sa présidence, le Child Mentoring Committee sera bientôt pleinement opérationnel et les premiers enfants à problèmes seront pris en charge adéquatement par des mentors désignés par le ministère du Développement de l’enfant. C’est ce qu’a annoncé à la mi-journée la ministre Mireille Martin lors d’une rencontre avec la presse.
« Le Child Mentoring Scheme finn institue en 2009. Mais selma minister pas finn kapav al de lavan parski ti ena enn lakinn dans la loi, kot pas ti fer provision pou enn Child Mentoring Order. Se qui fait ki mazistra dans la cour pa ti kapav donn enn lordr pou ki Child Mentor-la kapav pran en sarz enn zanfan », a expliqué la ministre de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille, Mireille Martin. « Mo annonce zot ki problem-la inn regle. Nou finn fini pass enn regleman ki apel Child Protection (Mentoring Order Regulations 2011), ki fer provision pou sa situation-la ».
Mireille Martin était entourée de son Permanent Secretary, Marie-Lise How Fok Cheung, de la présidente nouvellement nommée du Child Mentoring Committee (CMC), Myriam Narainsamy, des officiers du ministère et de certains membres du CMC.
La ministre a expliqué que le Child Mentoring Scheme se situe dans le cadre de la stratégie de son ministère « pou aide bann zanfan ki ena bann troubles de comportement modéré ». « L’objectif de ce programme c’est d’encadrer ces enfants par un système dans lequel des éducateurs sélectionnés par le ministère agissent en tant que “parrains” et “marraines” de ces enfants à problèmes », a-t-elle élaboré.
Selon Mireille Martin, Myriam Narainsamy, avec sa longue expérience dans le domaine du développement de l’enfance, est la personne indiquée pour mener à bien ce programme. « Et Myriam et moi, nous finn pare pou travay ensam kouma prekonise par la loi et mo pena dout ki sa colaborasion-la pou port so frui », a-t-elle confié, avant de présenter les autres membres du CMC (voir encadré).
La ministre a expliqué que le CMC a les responsabilités suivantes : conseiller le Permament Secretary sur la gestion et l’application du Child Mentoring Programme ; revoir régulièrement les critères de recrutement des volontaires en tant que Child Mentors, l’interview des candidats aux postes de Mentors, l’évaluation du progrès des enfants placés sous le programme, la révision du Code d’Éthique des Child Mentors, entre autres. « Valeur du jour, nous ena 21 Mentors ki finn fini forme et bann prosedir en cour pou “match” bann Mentors avec zot Mentees », a-t-elle annoncé.
Les critères de sélection des mentors, selon la Section 3C (1) de la Child Protection (Amendment) Act de 2008, sont les suivants : avoir un minimum de 30 ans, avoir un bon caractère et jouir d’une bonne réputation et avoir l’expérience du droit, du développement et de la psychologie des enfants, avoir l’esprit d’équipe, la capacité d’écoute et de communication, jouir d’une bonne santé mentale et physique, être issu d’une famille stable et pouvoir travailler à des heures flexibles.
Le Child Mentoring Programme a pour objectifs, entre autres, d’aider les enfants à problèmes de 10 à 16 ans à s’épanouir émotionnellement et socialement à travers des activités appropriées ; établir une relation de confiance et stable avec les mentors ; les aider à améliorer leurs relations avec leurs parents. « A souligner ki enn Mentor kapav pran responsabilite enn maksimum de trwa zanfan a la fois », précise Mireille Martin.
La ministre a souligné que le Mentoring Order est valable pour un an, renouvelable pour une deuxième période d’une année. L’enfant est identifié pour le programme par la Child Development Unit (CDU) à travers les Family Support Bureaux. « Tou bann zanfan ki pe rant dans sa program-la, CDU fine gaygn konsantman bann paran avan. Parski nou oule ki enan enn apros intégré pou stabiliz zanfan-la davantaz », a-t-elle encore expliqué.
« Nou espere ki avek le soutien de tous, sa program-la vinn enn sikse eki nou kapav etendre li ankor plis pou tendre la main a bann fami ek sirtou bann zanfan ki bien bizin enn l’ankadreman pou zot epanoui de manyer responsab et vinn bann adilt dont l’île Maurice de demain pourra être fière », a conclu la ministre.