Deux événements avec des répercussions économiques non-négligeables pour Maurice sont sous le signe de l’attentisme, pour ne pas dire de l’incertitude. Ce sont notamment la présentation du prochain budget 2016-17 qui se complique, qu’on le veuille ou pas, avec la décision du Directeur des Poursuites Publiques, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, d’enclencher des procédures pour contester le jugement en appel en faveur de Pravind Jugnauth devant le Judicial Committee of the Privy Council et ensuite le référendum en Grande-Bretagne le jeudi 23 juin au sujet d’un éventuel retrait de l’Union européenne, soit le Brexit. Dans les deux cas, des répercussions sont à prévoir pour l’économie mauricienne, même si pour le budget, elles pourraient être de court terme alors que pour le Brexit, des appréhensions de « far reaching economic consequences » sont entretenues, dont principalement la renégociation du Market Access des exportations de Maurice en Grande-Bretagne hors des accords de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne.
En ce qui concerne les préparatifs pour le budget 2016, la douche écossaise du DPP visant à faire appel du jugement du chef juge Keshoe Parsad Matadeen et du juge Asraf Caunhye a dû avoir des effets sur l’ardeur budgétaire au ministère des Finances. La sérénité retrouvée récemment a été placée sous hypothèque. Néanmoins, le calendrier des consultations établi par le nouveau Grand Argentier, Pravind Jugnauth, est maintenu. Ainsi, au cours de la semaine écoulée, quatre séances de travail avec des opérateurs et des représentants du secteur privé se sont déroulées, définissant du même coup les secteurs prioritaires du ministre des Finances.
 Les délégations qui ont été reçues au ministère des Finances représentent l’industrie du bâtiment, la manufacture, notamment le textile et l’imprimerie, le secteur de l’élevage et le seafood hub. Des participants à ces séances de travail, organisées de manière séparée, se félicitent de « la manière structurée des échanges » et s’attendent à voir dans le prochain budget des mesures susceptibles d’insuffler un nouveau dynamisme dans ces secteurs en vue d’accélérer le taux de croissance au cours des prochaines années.
Aucune des sources approchées n’a voulu s’aventurer pour commenter officiellement la teneur de ce nouveau round de consultations budgétaires ou encore de divulguer les éventuelles décisions à faire partie du prochain Budget Speech. Par ailleurs, il devient plus qu’évident que la présentation du budget après la fête Eid-ul-Fitr, soit après le 6 juillet, se confirme de plus en plus. Dans les milieux officiels, l’on fait comprendre que l’annonce de cette date officielle pourrait intervenir incessamment si pour cette fois la réunion du Monetary Policy Committee de la Banque de Maurice précédera le budget.
D’habitude, la réunion de cette instance de décisions de la Banquecentrale se déroule après le budget, permettant à cette institution de prendre note des grandes orientations du ministre des Finances et de les traduire en décisions de politique monétaire. La prochaine réunion du Monetary Policy Committee, avec l’évolution du Repo Rate en toile de fond, a été fixée au 21 et cela depuis des mois déjà.