Son bouquet, il l’a composé avec des mots puisés dans une langue — le kreol morisien — qu’il n’a eu de cesse d’aimer et valoriser. “Enn bouke bwa tanbour” du poète et parolier Michel Ducasse est aussi l’oeuvre d’une âme passionnée, animée par l’envie de partager avec les autres les vers des plus grands poètes qui ont marqué son parcours: celui d’un Mauricien, tantôt sur son île, tantôt ailleurs… Ces 23 grands poètes, Baudelaire, Tagore, Andrée Chedid, Aragon, Shakespeare, Prévert, Césaire, Damas, Maunick… du domaine public ou reproduits avec l’autorisation de prestigieuses maisons d’édition (Gallimard, Seuil, Flammarion, l’Harmattan, Seghers, Minuit et Présence Africaine), Michel Ducasse les a traduits en kreol morisien. Pour mettre en image certains des 26 poèmes de sa sélection, il a fait appel à Ennri Kums, tandis que Patrice Offman s’est chargé de la conception graphique du livre, lequel est préfacé par Bruno Jean-François. Plus qu’un travail de traduction où les versions originales sont présentes au fil des pages, “Enn bouke bwa tanbour” dévoile la sensibilité d’un homme, d’un éternel amoureux des mots et qui ne s’en lasse pas depuis 40 ans. Dans cet ouvrage, en quatre parties, le poète mauricien prend le soin de rester fidèle à l’état d’âme des auteurs auxquels il rend hommage. Ainsi, Menwizie, Zenfan lamour, Ti nek zis bizin, Lapriyer pou bann mask, Barbara, Lespwar, Fidelite, Boul later kouma zoranz, Fer gagn loke et les autres gardent l’émotion originelle de leurs auteurs légitimes.