Il n’a fallu que d’un simple coup de fil pour que la mécanique se mette en place. Dans son beau jardin à Pointe aux Canonniers, Ennri Kums nous parle des treize illustrations qu’il a réalisées pour son ami et poète Michel Ducasse. Il nous dépeint avec art Enn bouke bwa tanbour, qu’il a pris plaisir à illustrer, voire à compléter… d’un seul jet.
Des vingt-six poèmes traduits en kreol par Michel Ducasse, treize ont été illustrés par Ennri Kums. “J’ai tout de suite accroché ! Il n’a fallu qu’un coup de fil pour que je sois sous le charme du projet”, raconte le peintre.
Cet amoureux de poésie, qui adore Rimbaud et Baudelaire, avoue que ce n’était pas une mince affaire que de s’aventurer dans le domaine de l’illustration poétique. “Je devais pouvoir trouver une image, l’image d’un texte, l’encapsuler pour qu’elle puisse illustrer le poème”, confie le plasticien esthète. “Il faut dire que Michel Ducasse m’a donné le champ libre. Il m’a fait entièrement confiance.” Il avoue “avoir toujours eu peur d’être en dessous du poème et de ne pas choisir l’image qu’il fallait”.