L’ancienne ministre de la Santé a abordé depuis ce matin une partie cruciale de son interrogatoire « under warning » à l’Independent Commission Against Corruption dans l’affaire du scandale du National Geriatric Hospital avec le rachat de la clinique MedPoint au coût de Rs 144,7 millions. La séquence politique à l’Icac devra se poursuivre demain avec la confirmation du rendez-vous à 15 heures du leader de l’opposition Paul Bérenger au sujet de la « source ministérielle ».
Dans les milieux proches de l’enquête de l’Independent Commission Against Corruption (Icac), l’exercice du jour en présence de l’ancienne ministre de la Santé, accompagnée de son Legal Team, mené par Me Rishi Pursem, revêt une importance particulière pour la suite des événements. Jusqu’ici, les réponses fournies par Maya Hanoomanjee en liberté conditionnelle n’auraient pas été convaincantes aux yeux des limiers de la commission anticorruption et au cours de ces derniers jours, ces derniers ont mis à profit le temps mort enregistré dans l’enquête pour établir le canevas du « questioning » du jour.
En amont, l’Icac dispose de la fameuse lettre en date du 9 juillet et portant la référence MHO/PJ/CAP V5 avec le « Dear Pravind » sur la nécessité d’allouer des fonds de Rs 150 millions pour la réalisation du projet de National Geriatric Hospital. Cette correspondance constituerait une entrée en matière par excellence pour commission anticorruption en vue de faire la lumière sur plusieurs zones d’ombre dans ce scandale.
Maya Hanoomanjee est attendue au tournant par l’Icac avec le chiffre de Rs 150 millions inscrit en annexe de la lettre au vice-Premier ministre et ministre des Finances Pravind Jugnauth pour le projet MedPoint. À cette date, les cotations reçues des quatre soumissionnaires n’avaient même pas encore été étudiées par le Bid Evaluation Committee sous la présidence du Principal Assistant Secretary à la Santé Jayraj Hauroo.
L’Icac est doublement intéressée par cette lettre, où le nom de Sunil Dowarkasing, Senior Adviser au ministère des Finances, est mentionné. D’abord, la confrontation de Maya Hanoomanjee au montant de Rs 150 millions pour MedPoint pourrait ouvrir de nouvelles pistes à la commission anticorruption.
Le deuxième point émanant de cette lettre tourne autour du mystère des recettes de la Loto Lottery. La lettre de Maya Hanoomanjee fait spécifiquement mention que les recettes de la Loterie nationale allaient financer ce projet majeur de la Santé. Le ministère des Finances, à travers le secrétaire financier Ali Michael Mansoor, rejette catégoriquement cette thèse prenant du même coup à contre-pied les explications du Premier ministre Navin Ramgoolam lors de la Private Notice Question sur MedPoint du 22 mars dernier.
Les détails révélés par l’ancienne ministre de la Santé devront relancer l’enquête sur le montage budgétaire avec un éventuel éclairage sur les dessous du dossier de MedPoint en vue de favoriser la soumission de la clinique MedPoint.
En aval de cette affaire, l’Icac est en présence de « circumstancial evidence » au sujet des instructions et directives transmises aux hauts cadres de la Santé pour écarter les autres cotations au profit de MedPoint. À ce sujet, l’épreuve se jouera sur les liens entre Maya Hanoomanjee et le secrétaire permanent suppléant au ministère Om Kumar Dabidin. Les dépositions des deux autres cadres de la Santé – Jayraj Hauroo et Anil Kumar Utchanah – pourraient être utilisées en toile de fond pour l’interrogatoire de Maya Hanoomanjee, qui est programmée jusqu’à fort tard aujourd’hui. Du moins, c’est ce qu’on apprend de l’Icac.