Une banque commerciale, dont les principaux actionnaires ont des liens étroits avec l’hôtel du gouvernement, se trouve ces jours-ci au centre d’une importante affaire de détournement de fonds. Le principal prévenu ne serait autre qu’un de ses cambistes. Le montant des fonds détournés jusqu’ici est estimé à environ Rs 21 M. Du côté de la Special Cell du Central CID, qui mène une enquête en toute discrétion pour atténuer les répercussions sur la réputation de la banque, l’on refuse de confirmer la moindre indication sur cette affaire.
Néanmoins, la présence depuis la mi-semaine aux abords des locaux du Central CID aux Casernes centrales d’une série de voitures neuves, dont un bolide de la marque Nissan 350 Z Sport, attire l’attention de plus d’un. Ces voitures ont été saisies par les limiers de la police car une partie des fonds détournés a été utilisée pour leur achat au nom de différents prête-noms. Le suspect, un dénommé Etwaroo, a déjà été interpellé et la police attend le retour de l’étranger de son homme de loi, Me Rama Valayden, pour procéder à l’interrogatoire.
Les recoupements d’information effectués par Le Mauricien indiquent que le dealer disposait d’un portefeuille de fonds d’importants clients de la banque pour effectuer des placements dans des instruments financiers ou encore de gérer des volants d’investissements. Il semblerait qu’au lieu d’accomplir ses responsabilités professionnelles, ce cambiste aurait préféré satisfaire son goût et sa passion pour des voitures de luxe.
Une fois, la direction de la banque commerciale avait confirmé la fraude sur la base d’un audit serré. Tout le dossier avait été soumis au Central CID en vue d’initier une enquête criminelle alors que les autorités bancaires compétentes, notamment la Banque de Maurice, ont été informées du problème et des mesures envisagées pour réparer le préjudice causé aux clients de l’établissement.
Outre le fait de faire l’acquisition de voitures haut de gamme, le banquier indélicat aurait effectué d’importants versements sur des comptes à l’étranger en se prévalant de sa maîtrise du système de versements bancaires SWIFT. Sur la base des informations et des données versées par la direction de la banque, les enquêteurs du Central CID sont engagés dans un exercice d’audit trail des comptes au nom du cambiste suspect ou encore des prête-noms utilisés pour cacher jusqu’ici ces cas de détournement.