Stéphane Tossé, garde du corps de Sanjeev Lutchmun — un des directeurs de la compagnie Whitedot arrêté dans le cadre de l’enquête sur le scandale financier des Ponzi Schemes — est interrogé au Central CID depuis le début de la semaine sur les Rs 4 millions retrouvées dans l’appartement de sa petite amie. Le suspect maintient sa version initiale et nie toute connexion de cette forte somme d’argent avec l’affaire Whitedot.
Dans sa déclaration initiale, lancée aux limiers de l’ADSU après son arrestation la semaine dernière, le suspect avait déclaré que « sa kas-la se leritaz ki mo papa finn kit pou mwa. Enn parti ladan mo finn gagn sa ek mo travay fer tatwaz ».
Ainsi, au cours de son interrogatoire par les enquêteurs du Central CID, qui ont pris en main cette affaire, Stéphane Tossé, toujours en cellule policière, a adopté la même ligne de réponse.
Le suspect, qui s’est principalement fait connaître après le vol d’armes à feu et de munitions chez SOS Guard Ltd en 2010, s’est évertué à faire comprendre qu’une partie de l’argent provenait de son métier de tatoueur. En ce qu’il s’agit des bijoux d’une valeur de Rs 300 000, retrouvés également à l’appartement de sa petite amie à La Tour-Koenig lors de la perquisition de l’ADSU lundi dernier, Stéphane Tossé a soutenu qu’il les avait ramassés sur la plage publique de Pointe-aux-Sables.
Toutefois, les enquêteurs de la police ont de fortes raisons de penser que ces Rs 4 millions pourraient avoir un lien avec l’affaire Whitedot et le scandale financier des Ponzi Schemes. La police se base principalement sur le fait que Stéphane Tossé était le garde du corps de Sanjeev Lutchmun qu’il accompagnait lors de ses déplacements avec de fortes sommes d’argent.
À ce stade, Stéphane Tossé a été inculpé provisoirement de blanchiment d’argent et de Possession of stolen property (ndlr : recel). L’enquête se poursuit.