Arrêté mercredi alors qu’il s’apprêtait à animer une protestation contre l’incarcération de l’artiste engagé Nitin Chinien, Jameel Peerally est actuellement en détention provisoire à l’Alcatraz Detention Centre jusqu’à vendredi prochain au moins, la police ayant objecté à sa remise en liberté conditionnelle lors de sa comparution en Cour de Bambous jeudi.
Jameel Peerally a été inculpé sous l’article 46 de l’Information and Communication Technology Act, qui réprime des délits “of causing annoyance or needlessly anxiety to any person” et “the transmission of a message which is of a nature likely to endanger or compromise State defence, public safety or public order”. Interrogé par les enquêteurs du Central CID après son arrestation, Jameel Peerally a fait valoir son droit constitutionnel au silence en refusant de répondre aux questions.
Dans la conjoncture, Rezistans ek Alternativ et Lalit ont jugé nécessaire de sortir un communiqué hier après-midi pour protester contre les arrestations de Nitin Chinien et de Jameel Peerally. “Mem si nu pa dakor avek bann metod politik ego-santrik, popilist ek kont prodiktif ki finn servi par Nitin Chinien ek Jameel Peerally dan zot video lor Facebook pu exprim zot lopinyon ek fristrasyon, Rezistans ek Alternativ kondann avek fermte tu tantativ rezim-o-puvwar ek Lapolis pu anprizonn bann sitwayenn ki pe exprim enn dezakor ar guvernman ek Navin Ramgoolam”, font comprendre les signataires de cette correspondance, en l’occurrence Dany Marie et Devianand Narrain, tout en dénonçant le fait que la police et les institutions de l’État ont utilisé de manière abusive les dispositions de l’ICT Act 2001 dans ces deux cas.
Ainsi Rezistans ek Alternativ lance un appel aux forces démocratiques pour prendre une position de principe contre “ce qui est clairement une opération de museler la contestation sociale, citoyenne et politique sur les réseaux sociaux quand les élections générales approchent.”
De son côté, Lindsey Collen de Lalit réclame la libération immédiate de Nitin Chinien et de Jameel Peerally. “Dan Lalit nu truv li enn deriv danzere kan pe ferm dimunn dan kaso, avan so prose, zis lor baz parol kot zot finn exprime zot lopinion. […] Guvernman bizin aret sa deriv ver regle tu kritik politik kont li par avoy lapolis lor dimunn. Deza lapolis ena tro buku puvwar”, affirme Lindsey Collen dans le communiqué.