Depuis mercredi, une collégienne de 18 ans est dans un état critique après une tentative d’immolation par le feu suite à des chantages indécents sur Facebook. En effet, depuis plus d’un an et demi, Nashvik Ramahotar, 23 ans, sans emploi et habitant Eau Coulée, aurait extorqué Rs 75 000 à la jeune victime en menaçant de publier des photos compromettantes de cette dernière sur le réseau social Facebook. Suite aux premières indications obtenues en fin de semaine, les enquêteurs du Central CID ont procédé à l’arrestation du suspect lors d’une descente à son domicile tôt hier matin.
Dans la matinée d’hier, le prévenu Nashvik Ramahotar avait déjà comparu en cour pour son inculpation provision de Breach of Information and Communication Technologies Authority (ICTA) Act et a été par la suite reconduit en cellule policière compte tenu que les enquêteurs ont objecté à sa remise en liberté conditionnelle. En attendant la suite de l’interrogatoire du suspect en début de semaine, ses équipements informatiques, soit un ordinateur, un iPod, un disque dur externe et un téléphone portable, sont passés au crible par les techniciens de la Cybercrime Unit tombant sous la responsabilité du Central CID.
Les informations disponibles de sources policières indiquent que Nashvik Ramahotar n’a pas tardé à passer aux aveux après son arrestation survenue tôt hier matin. Il a reconnu qu’il a extorqué de l’argent à la collégienne en menaçant cette dernière de publier quatre photos d’elle, jugées compromettantes, sur Facebook. « Mo ti fer sa pou fer li per pou mo kapav gagn kas », aurait-il indiqué en substance aux enquêteurs du Central CID. La jeune fille, qui connaissait déjà Nashvik Ramahotar par le biais d’autres amis, aurait été forcée à verser plusieurs sommes d’argent au suspect pour un montant total de Rs 75 000.
Outre de l’argent, Nashvik Ramahotar s’était permis de réclamer des déjeuners à plusieurs reprises à la jeune fille. Cette collégienne provenant d’une famille aisée devait subir des pressions infernales exercées par son « ami » de Facebook depuis environ un an et demi. La situation devevait complètement insoutenable pour la victime avec un dernier paiement de Rs 10 000 effectué tout dernièrement. Aux petites heures du matin mercredi, ces chantages indécents ont pris des proportions encore plus alarmantes quand la victime tenta de se suicider en s’immolant par le feu. La jeune fille se trouvait dans sa chambre à coucher quand elle s’aspergea de dissolvant avant d’allumer un briquet.
Toutefois, elle a pu être sauvée à temps et fut transportée de toute urgence à l’hôpital en vue des premiers soins. Mais son état est des plus inquiétants compte tenu qu’elle a essuyé de graves brûlures sur le corps. L’enquête de la police devait déboucher sur cette affaire de chantage avant que le Central CID ne remonte jusqu’au suspect. Pour l’heure, les enquêteurs de la Cybercrime Unit tentent de déterminer comment le suspect s’est retrouvé en possession de ces quatre photos de la victime.
Cette enquête pourrait également faire l’objet d’autres dénonciations. En effet, sur la base des informations recueillies jusqu’ici par les limiers, cinq autres jeunes filles auraient été victimes des pratiques de ce jeune homme. Le Central CID est dans l’attente de certaines confirmations en vue d’aborder ce volet lors d’une des prochaines séances d’interrogatoire du suspect. Entre-temps, les enquêteurs de la police invitent les éventuelles victimes de Nashvik Ramahotar à sortir de leur silence en consignant une déposition formelle contre lui au Central CID. L’enquête se poursuit.