L’enquête initiée par l’escouade de Land Fraud Squad, menée par l’assistant surintendant de police Dayal et le chef inspecteur Sudhin du Central CID a débouché sur le démantèlement d’un important réseau de fraude à la douane. La fraude est évaluée à plus de Rs 4 millions sous forme de droits de douane sur des articles griffés, comme des chaussures et des vêtements des marques Adidas et Nike, importés de la République Populaire de Chine. Lors d’une opération menée dans la nuit d’hier à ce matin, l’importateur, Nadeem Intiaz Muammud Auturally, a été arrêté et des articles retirés illégalement d’un entrepôt sous scellés des douanes ont été saisis. D’autres arrestations sont à prévoir au niveau de la douane pour complicité active. Le nombre d’arrestations à ce jour dans cette enquête se monte à six.
Selon les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources concordantes, de nouveaux développements sont intervenus hier dans cette enquête, qui a démarré en début d’année. Sur la base d’un mandat d’arrêt et de perquisition en bonne et due forme, la Land Fraud Squad a débarqué dans un premier temps au domicile de Nadeem Auturally au Morcellement Roches-Brunes. Cette perquisition en présence des membres de sa famille et de ses épouses Bisi Kaushar Goonoo et Swaleyha Shermomodekhan, ne devait révéler la présence d’aucun article compromettant.
Subséquemment, les limiers du Central CID, sous la supervision de l’assistant commissaire de police Heman Jangi, se sont dirigés à la rue Guy Rozemont à Trèfles, où se trouve un go-down. Pour les besoins de cette opération, le Central CID avait fait appel à une équipe de douaniers de la Mauritius Revenue Authority pour l’authentification des documents de la douane. Ils sont tombés sur une véritable caverne d’Ali Baba avec toute une gamme de chaussures et de vêtements de marque.
Lors du contrôle et des vérifications des articles, qui ont duré toute la nuit, le suspect Nadeem Auturally n’a pas été en mesure de justifier, documents à l’appui, la présence d’une partie du stock. Cet exercice s’est déroulé en présence de Me Toorabally, assurant les intérêts de l’importateur. De ce fait, le central CID a procédé à la saisie quelque 4 000 pièces de sous-vêtements pour hommes et femmes, un millier de shorts, 500 pantalons et 300 polo-shirts, importés illégalement. Un autre volet de l’enquête porte sur des infractions à la Property Rights Act car le dénommé Auturally ne détient aucune licence pour l’importation de chaussures des marques Adidas et Nike ou encore Ipanema. Plus d’une centaine de paires de chaussures ont été saisies, de même que des paires de chaussettes et des T-Shirts griffés.
Nadeem Auturally a été inculpé de trois charges provisoires, soit Conspiracy to Commit Larceny by two or more individuals in numbers, infractions à la Customs Act et Breach of Intellectual Property Right Infringing Goods. Il devra être reconduit en cellule policière pour les besoins d’enquête.
La Land Fraud Squad de l’ASP Dayal soupçonne que ces chaussures et vêtements saisis lors de la perquisition d’hier soir proviennent des 25 colis subtilisés illégalement dans la journée du 29 décembre de l’année dernière dans un entrepôt sous scellés par la douane. Déjà, cinq suspects ont été appréhendés par le Central CID en début d’année.
À la réception à Port-Louis d’une cargaison de 88 paquets contenant des chaussures en provenance de la République Populaire de Chine, le 21 novembre de l’année dernière, l’importateur avait refusé de payer les droits de douane de Rs 4 millions. Cette cargaison a été placée dans les stores de la compagnie de fret SeepdFreight, avec des instructions formelles au Warehouse Keeper de même qu’aux douaniers affectés qu’à aucun moment ces marchandises ne doivent livrées.
Des scellés de la Mauritius Revenue Authority avaient même été apposés sur ces 88 paquets avant de les placer dans une zone spécifique du warehouse à partir du 2 décembre. Une première tentative de dédouaner ces marchandises a échoué le 7 décembre. L’importateur avait eu pour prétexte qu’il avait égaré les documents de la douane. Cette requête a été rejetée.
Le 29 décembre, une nouvelle requête a été soumise à la douane en vue d’amender le nom du destinataire de la cargaison. Cette démarche a également été rejetée… Le 6 janvier, des officiers de la Commercial Fraud Unit de la douane, qui avaient procédé à une vérification, ont été surpris de constater que les scellés sur les 88 paquets avaient été endommagés et des marchandises emportées. Les enquêteurs du Central CID sont en présence d’informations selon lesquelles le 29 décembre dernier entre 8 h 40 et 11 h 15, des employés de la compagnie de fret avaient illégalement manipulé ces colis.
Maintenant que les articles ont été recouvrés, il reste à dévoiler la complicité douanière dans ce réseau de fraude…