Dernier développement en date, le vendredi 13, dans le scandale NPF/MCB du détournement de fonds de l’ordre de Rs 881 millions avec pour Ultimate Beneficiairy le dénommé Teeren Appasamy, l’homme d’affaires habitant à Surrey et qui ne parle pas les mardis. Le jugement de la Cour intermédiaire, signé de l’ex-Senior magistrate Renuka Dabee, aujourd’hui Deputy Master and Registrar à la Cour suprême,  et du magistrat Vijay Appadoo dans le procès instruit par l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) contre la Mauritius Commercial Bank (MCB) avec une enquête sous la Prevention of Corruption Act il y a 14 ans et huit mois déjà, laisse planer de l’ombre de Robert Lesage, ancien Chief Manager de la MCB, sur toute cette affaire. Pour sa part, la MCB, l’une des plus puissantes banques commerciales du pays, avec une présence non-négligeable en Afrique, a été condamnée par cette instance judiciaire pour avoir « wilfully, unlawfully and criminally failed to take such measures as are reasonably necessary to ensure that the services offered by it were not capable of being used by a person to facilitate the commission of a money laundering offence » sous les sections 3 ( 2) et 8 de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act. De ce fait, le blanchiment de la dernière tranche de dépôts du Fonds National de Pension de l’ordre de Rs 200 millions, faisant l’objet d’accusation avec « la main invisible de Robert Lesage»,  qui a bénéficié de l’immunité sous la section 50 (2) de la Prevention of Corruption Act, à l’arrière des opérations, a été retenu par la Cour. Les conseils légaux des deux parties, en l’occurrence l’ICAC et la MCB, devront retourner en Cour intermédiaire mercredi pour les plaidoiries. Le Sentencing ne devra intervenir qu’à une date ultérieure. Pour sa part, la MCB, confirmant qu’elle interjettera appel contre cette condamnation note que « l’auteur de ce vol », clairement identifié comme tel par ce même jugement ainsi que les bénéficiairesn’ont cependant toujours pas été inquiétés.