Le directeur de GIBB Ltd, Kishan Padaruth, a été appelé comme témoin hier lors de l’enquête judiciaire instituée par le DPP en vue de faire la lumière sur les inondations du 30 mars 2013. Le témoin a affirmé que des drains à Port-Louis, mal conçus et même réduits à certains endroits, ainsi que les fondations de quelques constructions entreprises directement sur les drains, ont obstrué le passage naturel de l’eau et ont contribué aux inondations meurtrières.
L’enquête judiciaire présidée par la magistrate Ida Dookhy-Ramburrun a été marquée hier par le témoignage du directeur de GIBB Ltd, firme agissant comme consultant dans les domaines du “Wastewater”, des routes de l’île et de l’aéroport, entre autres. Concernant les inondations du 30 mars 2013, la National Development Unit (NDU) avait mandé la compagnie GIBB pour faire un éclairage sur les causes des inondations et proposer des solutions en vue d’améliorer la situation des drains dans la capitale. Le directeur de GIBB devait soutenir avoir fait mander une vingtaine d’employés, dont des ingénieurs et des techniciens, afin d’étudier les drains et de comprendre les raisons de telles inondations dans la capitale. Selon le directeur, on pouvait y voir de nombreux déchets domestiques, « comme des matelas ou des branches dans les drains, et les autorités responsables de la maintenance des drains ne faisaient rien pour remédier à la situation ». Kishan Padaruth a aussi évoqué le fait que des constructions, qui n’auraient pas dû être autorisées par les autorités, ont été bâties sur des drains, « ce qui n’a fait qu’obstruer la circulation de l’eau jusqu’à la mer ». Il a cité en exemple le KFC situé rue La Chaussée, construit sur un “main drain” et dont la construction a bloqué l’écoulement de l’eau, qui est collectée rue Sir Seewoosagur Ramgoolam, jusqu’à la mer. Il a de plus déploré le fait que des colonnes érigées dans des drains tous les 2 mètres contribuaient à obstruer le passage de l’eau, les débris venant dans leur direction étant alors « stoppés net ». Selon lui, le ruisseau du Pouce et le Hawkers Corner au Jardin de la Compagnie avaient été construits avec des blocs et des colonnes qui ne devraient pas se trouver dans les drains.
Évoquant les drains aux Line Barracks, le directeur de GIBB a déploré le fait que la surface transversale des drains avait été réduite drastiquement lors des travaux effectués pour la construction de la troisième voie à Port-Louis et que cela avait été la cause de débordements dans cette région lors des inondations.
Il a de plus indiqué que, selon la loi, des autorités cherchant à construire des bâtiments sur des conduites d’eau devaient obtenir l’aval de la Cour pour entreprendre de telles constructions.
Questionné par la Poursuite sur les recommandations faites par GIBB pour améliorer la situation dans la capitale, Kishan Padaruth a soutenu que la compagnie avait déjà commencé les travaux pour l’érection de “cut-off drains” derrière Marie Reine de la Paix et “l’upgrading” des drains existants de Bell-village jusqu’à Sable-Noir. « Les cut-off drains n’étaient plus aptes à collecter les eaux émanant des collines pour les verser dans la mer » ajoute-t-il. Selon lui, le manque de “cut-off drains” dans les régions près des montagnes ont été parmi les causes des inondations, l’eau dévalant en amont jusqu’au Caudan Waterfront. Contre-interrogé par Me Rajesh Unnuth sur les unités responsables de la maintenance des drains à Port-Louis, Kishan Padaruth devait attester qu’il était du rôle du Conseil municipal de Port-louis de s’enquérir de la situation des drains et a fait savoir que, lors d’une réunion avec les autorités concernées, plusieurs institutions présentes avaient été étonnées qu’il  existait des drains dans la région de la Place d’Armes jusqu’au port.
À rappeler que les inondations du 30 mars 2013 ont fait 11 victimes, dont six dans le tunnel Sud du Caudan. Il s’agit de Jeffrey Allan Wright, Sylvia Wright, Toolsee Ram Ramdhari, Pravin Kumar Khoosye, Karmish Saligram Tewary, Dhanraj Saligram Tewary, Retnon Sithanen, Rabindranath Bhobany, Fan Lan Wong Tat Chong Lai Kim, Christabel Moorghen et Stevenson Henriette.