La Senior District Magistrate Shefali Ganoo a écouté hier les derniers témoins dans l’enquête judiciaire sur les causes du décès d’Anand Kumar Ramdhony, retrouvé mort en cellule policière le 30 juillet 2011. Elle présentera ses conclusions le 31 décembre.
Dernières auditions hier à la Cour de Mapou dans l’enquête judiciaire instituée par le Directeur des poursuites publiques (DPP) sur la mort d’Anand Kumar Ramdhony. La veuve de celui-ci, Rita Devi Ramdhony, a pu témoigner hier grâce à la motion de son avocat Me Viren Ramchurn qui a été accordée par la Senior District Magistrate Shefali Ganoo.
« Mon mari n’était pas stressé quand je suis allée le voir la veille de sa mort », a soutenu Rita Devi Ramdhony. Il lui aurait demandé de lui ramener des savates. Selon elle, « tou ti normal ». Elle a déclaré qu’elle ne croit pas que son époux se soit donné la mort en faisant comprendre qu’elle le connaissait bien après 24 ans de mariage.
Le fils d’Anand Kumar Ramdhony, Kevin, a également été appelé à la barre des témoins. Quand la police a informé la famille qu’il est mort en cellule, Kevin Ramdhony ainsi que son oncle Daneshwar sont allés au poste de Rivière-du-Rempart et ensuite à l’hôpital de Candos pour les besoins d’autopsie de leur proche. Le fils du défunt a affirmé en Cour avoir vu deux traces sur le cou de son père, mais suite à l’intervention de Me Abdool Raheem Tajoodeen, le jeune homme a confirmé qu’il ne l’a pas dit dans son statement à la police. Daneshwar Ramdhony a quant à lui soutenu qu’il n’a remarqué aucune blessure sur le corps de son frère.
Le Deputy Commissionner of Police (DCP) Tangavel Seerungen a soutenu devant la Cour de Mapou qu’il a été informé de la mort d’un détenu le matin du 30 juillet 2011. Il a fait comprendre que toutes les procédures ont été respectées et que la famille a été informée de ses droits de faire appel à un homme de loi et un médecin légiste du privé afin d’assister à l’autopsie. C’est la Major Crimes Investigation Team qui a eu la responsabilité d’enquêter sur l’affaire.
Rappelons qu’Anand Kumar Ramdhony était provisoirement accusé de possession d’une montre volée et était détenu au poste de police de Rivière-du-Rempart quand il se serait suicidé. En septembre, le Dr Sudesh Kumar Gungadin a affirmé qu’il s’agissait d’un suicide. Le Chief Police Medical Officer (CPMO) est d’avis qu’il s’agit d’une asphyxie causée par la pendaison. Le détenu est mort en se pendant à 80 cm du sol. Le Forensic Scientist Vikash Ramessur a trouvé des traces de salive du défunt à l’endroit même où le tissu a été déchiré.
Jacques Bigaignon, celui qui aurait vendu ladite montre, était aussi en détention dans une cellule de Rivière-du-Rempart le soir du décès de Ramdhony. Il avait soutenu avoir entendu des bruits : « Monn tann boup bap boup bap. » Le ministère public était représenté hier par Mes Abdool Raheem Tajoodeen et Ashwina Joree (State Counsels). La famille est assistée par Mes Viren Ramchurn, Prakash Bakee et Sooroojdev Phokeer.