L’enquête sur la disparition mystérieuse de Latimi Chokkan, 43 ans, habitant L’Agrement, St-Pierre, est en voie d’être élucidée depuis hier après-midi. Des ossements, retrouvés au pied de la montagne du Pouce en début de semaine, ont été finalement identifiés comme étant ceux de la quadragénaire, disparue depuis le 3 novembre dernier. Ce développement est intervenu hier avec un exercice d’identification mené en présence de son époux.
Selon les indications initiales, Latimi Chokkan n’avait plus donné de signe de vie depuis la fête de Divali, le 3 novembre 2013. À cette date, la quadragénaire devait se rendre à un rendez-vous au dispensaire d’Helvétia pour y recevoir des soins. Mais, depuis ce jour, elle n’est jamais réapparue. Au cours de l’enquête policière, son époux, Dorsamy Chokkan, avait fait état que sa femme entretenait une relation extraconjugale.
Selon les informations de Dorsamy Chokkan, l’homme en question n’était autre qu’un sergent de  police. Son épouse ne revenant toujours pas à la maison, M. Chokkan avait donc contacté les limiers de la Major Crime Investigation Team pour initier une enquête plus poussée. Entre-temps, le sergent de police présenté comme étant l’amant de la disparue avait été muté depuis un poste de police de la région Est, où il était affecté, à une autre unité de la force policière.
La découverte des restes humains lundi au pied de la montagne du Pouce est venue relancer cette enquête, qui était au point mort. La police devait établir hier qu’il s’agit bien des ossements de Latimi Chokkan, et ce suite à un exercice d’identification effectué en présence de l’époux de la défunte. L’enquête se poursuit pour établir les circonstances de la mort de la quadragénaire.