Après avoir été inculpé de complot par le Central CID dans le cadre de l’enquête sur le VarmaGate, Mario Jeannot est de nouveau dans de sales draps. Le père de l’étudiant impliqué dans l’accident de la route du 4 mai à Sodnac a été de nouveau arrêté ce matin par les limiers de la CID du Nord, sous la supervision de l’Assistant Commissaire de Police Devanand Reekoye, concernant l’émission en 2011 de chèques sans provision.
Le suspect avait déjà comparu devant le tribunal de Mapou à la mi-journée pour une inculpation provisoire d’« issuing cheque without provision » et a dû fournir une caution pour sa remise en liberté. À ce stade, Mario Jeannot devrait être interrogé de nouveau dans les jours à venir par la CID de la Northern Division en vue d’apporter d’autres éléments d’information à cette enquête policière. Les indications recueillies auprès de sources autorisées indiquent que Mario Jeannot avait reçu une convocation formelle des hommes de l’ACP Reekoye en vue de se présenter au QG de la CID pour un interrogatoire under warning faisant suite à une déposition consignée contre lui l’année dernière.
Dans la déposition au poste de police de Goodlands, il est question de quatre chèques de Rs 14 000 tirés par Mario Jeannot en 2011 à l’ordre de Vevekanand Bholah, un retraité de 64 ans, en vue de régler l’achat d’ustensiles de cuisine second hand, s’élevant à Rs 56 000. Au fur et à mesure que progressait l’interrogatoire ce matin et à la lumière des « éléments compromettants » à l’encontre de Mario Jeannot, les enquêteurs de la police devaient l’arrêter en vue de sa comparution en cour.
Toutefois à la mi-journée, très peu d’indications étaient disponibles quant aux points avancés par Mario Jeannot lors de son interrogatoire pour sa défense. Sur la base des informations recueillies par la CID dans le cadre de cette enquête, Vevekanand Bholah, qui avait rapporté l’affaire, a également été arrêté et inculpé ce matin. Le sexagénaire se retrouve face à une charge provisoire de « knownfully accepting cheque without provision ».
L’enquête se poursuit.