L’enquête policière menée quant à l’abus sexuel commis sur une jeune habitante de Poudre d’Or âgée de 13 ans – avec son silence acheté avec de l’argent, des cadeaux et même des sucreries – devrait franchir une nouvelle étape aujourd’hui. En effet, deux nouvelles arrestations sont prévues ce matin dans une région du Nord. De leur côté, trois suspects ont été appréhendés cette semaine et font déjà face à des accusations provisoires de “causing child to be sexually abused”.
Les informations disponibles de sources policières hier après-midi indiquaient qu’une opération est prévue ce matin en vue de procéder à l’arrestation de ces deux suspects dont les noms ont été balancés par la victime de 13 ans dans sa déposition consignée à la police mardi. Ces deux individus feraient partie des cinq jeunes hommes qui auraient abusé sexuellement de l’adolescente sur la plage publique de Poudre d’Or ou encore dans d’autres lieux de ce village du nord depuis janvier 2013.
En attendant ce prochain développement dans cette enquête policière, sous la responsabilité de l’inspecteur Chacoory et sous la supervision de l’assistant commissaire de police Devanand Reekoye, les trois premiers suspects appréhendés dans cette affaire ont déjà comparu devant le tribunal. Ainsi, Jason Lacruche, Emmanuel Brasse et Louis John Philippe Ladouceur, tous âgés dans la vingtaine et habitant Poudre d’Or, ont été inculpés provisoirement de “causing child to be sexually abused”.  Les interrogatoires des trois premiers suspects arrêtés n’ont pas encore débuté car cet exercice devra se faire en présence de leurs hommes de loi respectifs. Entre-temps, ils ont déjà été identifiés positivement par la jeune victime et ont déjà été examinés par un médecin de la police.
C’est en présence d’une Family Welfare and Protection Officer que la jeune habitante du village de Poudre d’Or a révélé que depuis le début de l’année dernière, elle est victime d’abus sexuels de la part de ces cinq hommes. Selon les allégations portées par la victime, elle recevrait une somme de Rs 200, des cadeaux ou encore des bonbons à la fin de chaque rendez-vous avec ces individus. L’enquête se poursuit.