La semaine prochaine s’annonce encore éprouvante pour l’ancien Attorney General Me Rama Valayden. Après son inculpation provisoire pour le délit allégué de complot dans le GamblingGate, le nouveau rendez-vous de mercredi au QG du Central CID pourrait s’avérer d’autant plus crucial pour l’homme de loi avec le dossier d’enquête sur le détournement de Rs 80 millions au préjudice de la Bramer Bank en point de mire. Un détail qui n’aura pas échappé à ceux qui étaient présents dans l’enceinte des Casernes centrales dans la journée concerne le passage du père de Younousse Katoaroo, l’ancien banquier de la Bramer Bank et principal suspect dans cette fraude bancaire rapportée à la police en août 2011.
Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès des sources concordantes indiquent que les enquêteurs de la police procèdent à un Wrapping Up complet de cette enquête, qui a vu jusqu’ici l’arrestation et l’inculpation d’une trentaine de suspects et de complices. Cet exercice est en prélude à la nouvelle séance d’interrogatoire de Rama Valayden au sujet des paiements de Rs 1,5 million effectués par le père du cerveau de la fraude bancaire lorsque ses services en tant que conseil légal avaient été retenus au début de cette affaire.
Pendant plus de deux heures dans la journée d’hier, Sadeck Katoaroo, le père du principal suspect, a été entendu sur les circonstances dans lesquelles le paiement global de Rs 2 millions avait été agréé en tant qu’honoraires pour les hommes de loi. Le Central CID soupçonne que cette somme avait été puisée des fonds détournés à la Bramer Bank et transférés dans une filiale de la State Bank par un réseau de blanchiment bien établi. A cet effet, l’ancien Branch Manager de la State Bank à Rose-Belle, Jaya Pillay, est sous le coup d’une inculpation provisoire pour avoir facilité ces détournements.
Le père de Younousse Katoaroo est venu confirmer de nouveau qu’il avait approché personnellement Me Valayden pour assurer ses services quand ce scandale avait éclaté vers la fin du mois d’août 2011. Il a maintenu qu’il avait remis une somme de Rs 1,5 million en personne au Leading Lawyer des Valayden Chambers et par la suite les Rs 500 000 restantes auraient été remises en deux tranches à un des Juniors de la même étude. Le nom de cet homme de loi a été communiqué aux enquêteurs et il devra être convoqué pour interrogatoire subséquemment dans le cadre de la même enquête au sujet d’un éventuel délit de blanchiment d’argent.
Au cours de cette nouvelle audition, Sadeck Katoaroo a été également confronté à des détails révélés par Me Valayden lors de son interrogatoire jeudi en présence de son Legal Panel, mené par Me Jacques Panglose. Il a été appelé à fournir des compléments d’information au sujet de ces tractations sur cette somme de Rs 2 millions en prévision du prochain rendez-vous de Rama Valayden au Central CID mercredi prochain.
Younousse Katoaroo, ancien banquier de la Bramer Bank, a été parmi les premiers suspects à être appréhendés dans ce cas d’Embezzlement de même que le fils de l’assistant commissaire de police Dip. Le préjudice s’élève à environ Rs 80 millions mais l’enquête n’a pu permettre de recouvrer le moindre sou sur les comptes des suspects.
Toute une série de bolides et de voitures de luxe, achetés avec les fonds détournés, ont cependant été saisis et placés sous séquestre par le Central CID depuis août 2011. A ce jour, 31 suspects ont été inculpés provisoirement dans l’affaire Bramer avant toute décision prochaine sur le sort de Me Valayden et de son confrère du barreau.
Toujours en ce qui concerne l’affaire Valayden, suite à des commentaires publics de ce dernier, la police a rejeté en bloc les accusations à l’effet que « he (Me Valayden) was being persecuted and accused the police of acting on instructions from the highest quarters ». Plus loin, le communiqué rappelle que « the police would like to reassure the public that M. Valayden’s accusations, to the effect that the head of the police or any person in authority is allegedly trying to do him harm, is totally baseless and unfounded ».
En ce qui concerne la première inculpation, la police affirme n’avoir pas objecté à la remise en liberté sous caution de l’ancien Attorney General et que « police enquiries are carried out independently, impartially and transparently, irrespective of the status of any accused party and without fear of favour, affection or ill-will ». Le communiqué conclut que les charges provisoires sont logées en conformité aux dispositions établies et sur la base des faits dans chaque cas.