Jaywantee Bundhoo, une femme d’affaires de 50 ans, sur qui pèsent des allégations formelles d’escroquerie, a été arrêtée la semaine dernière puis remise en liberté conditionnelle. Cette habitante d’Union-Park aurait berné au moins six personnes qui auraient investi plus de Rs 1,5 million dans son business de bâtons d’encens.
Cette femme d’affaires s’est retrouvée dans une position délicate après la plainte formelle d’un habitant de Mare-d’Albert, mardi dernier, faisant état d’un cas de « swindling ». Dans sa déposition à la Criminal Investigation Division de la région Sud, ce trentenaire a indiqué qu’il a remis Rs 250 000 à Jaywantee Bundhoo afin d’investir dans son business d’encens. D’après ce qui était convenu, après deux semaines, Jaywantee Bundhoo devait lui remettre 50 % de la somme investie, en guise de bonus. Mais il aurait attendu en vain le retour de son investissement.
Arrêtée par la CID le même jour, la suspecte a indiqué qu’elle n’a reçu que Rs 50 000 de cet investisseur. Cependant, la situation devait se corser pour cette femme d’affaires à la suite de cinq nouvelles dépositions consignées contre elle durant les jours qui ont suivis. Les présumées victimes ont toutes fait état du même timing pour cette arnaque alléguée avec comme point de départ un investissement dans son commerce de bâtons d’encens. Les sommes remises par ces cinq autres victimes, habitant principalement le Sud de l’île, varient entre Rs 95 000 et Rs 500 500.
Entretemps, Jaywantee Bundhoo a comparu devant le District Magistrate du tribunal de Grand-Port sous une accusation provisoire d’escroquerie. Elle a été remise en liberté après avoir fourni une caution de Rs 10 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 100 000.
L’enquête, sous la supervision de l’assistant commissaire de police Gunga, Divisional Commander de la division sud, se poursuit.