L’enquête initiée depuis le début de l’année au sujet du scandale de pédophilie alléguée au Mauritius Institute for Training and Development (MITD) prend un nouveau tournant. À l’issue de la conclusion hier de six heures d’audition dans les locaux du Central CID de Preety Pirthee, l’ancienne épouse de l’instructeur du MITD Narain Chedumbrum, une première inculpation provisoire pèse sur la tête de celui-ci, avec la certitude que cet instructeur du MITD au centre d’une affaire d’allégations de pédophilie, ne pourra échapper à une convocation pour interrogatoire Under Warning. Malgré les révélations dans cette affaire, suite à une Private Notice Question (PNQ) du leader de l’opposition Paul Bérenger en novembre de l’année dernière, le principal concerné n’avait pas été entendu jusqu’ici par des limiers du Central CID.
Les indications obtenues de sources concordantes après l’interrogatoire de Preety Pirthee confirment qu’un véritable piège s’est refermé sur Narain Chedumbrum sous la forme de l’affidavit juré par son ancienne épouse en décembre de l’année dernière. Dans ce document légal, dont avait fait état le leader du MSM Pravind Jugnauth lors de son interrogatoire-marathon du 3 janvier de cette année, l’ex-épouse de l’instructeur du MITD avait indiqué tous les détails des relations entre cet ancien employé du MITD et une étudiante mineure de cette même institution.
Dans cet affidavit, Preety Pirthee avait dressé la chronologie des événements au sujet des liaisons extraconjugales entretenues par son ancien époux avec cette étudiante de même qu’un relevé des échanges téléphoniques, soit 1 218 appels et 2 282 messages SMS enregistrés sur un numéro de téléphone cellulaire spécifique. Dans sa version des faits au Central CID hier, ce témoin-vedette, quoique tardif, a fait des révélations encore plus accablantes sur cet affidavit.
Preety Pirthee a révélé à la police qu’après avoir pris connaissance de la teneur de ce document accablant, l’ancien instructeur du MITD aurait pris contact avec elle en vue d’éliminer ces preuves irréfutables. Elle s’était vu proposer l’option de se rétracter au sujet des affirmations contenues dans l’affidavit. Elle affirme avoir voulu rejeter catégoriquement cette proposition venant de son ancien époux d’autant qu’elle allègue que ce dernier serait passé aux aveux en pas moins de huit occasions au sujet de ses relations avec cette adolescente inscrite à des cours du MITD.
Pour preuve, Preety Pirthee, qui a retenu les services de Me Yash Bhadain, s’est déclarée disposée à déposer au Central CID une copie de l’enregistrement de la proposition de Narain Chedumbrum et également des échanges entre les deux protagonistes dans cette affaire. Un rendez-vous a été pris pour la semaine prochaine en vue de remettre cette pièce à conviction aux enquêteurs de la police à des fins d’expertise « forensic ».
Sur la base de l’évolution de cette enquête, le dénommé Narain Chedumbrum, qui devra être convoqué subséquemment au Central CID, pourra être inculpé du délit provisoire de « perverting the course of justice » à moins que les responsables de cette enquête décident d’un « Fresh Look » sur les différents témoignages disponibles.
D’autre part, Preety Pirthee a apporté un éclairage nouveau au sujet du numéro de téléphone cellulaire en son nom mais utilisé par Narain Chedumbrum pour ses contacts avec la jeune étudiante ou encore d’autres personnes. « Ce téléphone cellulaire est un cadeau que j’avais acheté pour mon époux. C’était à l’occasion d’une promotion et j’avais eu un bon d’achat pour la carte SIM. J’ai enregistré la carte en mon nom mais c’était mon époux qui s’en servait », a-t-elle fait comprendre de manière catégorique aux questions des limiers de la CID.
La prochaine convocation du Central CID dans le scandale MITD pourrait être déterminante à plus d’un titre pour l’ancien époux de Preety Pirthee, qui a systématiquement clamé son innocence face à ces allégations depuis novembre de l’année dernière.