L’arrestation de Navin Kistnah, le suspect recherché par l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) suite à la saisie record de Rs 2 milliards d’héroïne le 9 mars dernier à bord MSC Ivana, est suivie avec intérêt dans les milieux officiels. Ainsi, les autorités ont pris les devants en dépêchant au Mozambique deux membres de la force policière, et pas des moindres. En effet, le directeur général du National Security Service (NSS), Lockdev Hoolass, et l’assistant surintendant de police, l’ASP Deeal, affecté au Commisioner of Police’s Office aux Headquarters, se sont vu confier la mission d’aller aux nouvelles auprès des autorités de Maputo. Entre-temps, les proches de ce suspect, qui ont retenu les services de Mes Rama Valayden et Nilkant Dulloo, ont écrit officiellement au ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo, pour solliciter l’intervention des autorités par le canal diplomatique afin d’obtenir des nouvelles.
Alors qu’officiellement les Casernes centrales maintiennent n’être en présence d’aucune communication officielle du Mozambique et d’Interpol au sujet de la garde à vue de Navin Kistnah, un développement de taille est survenu hier. Ainsi, le patron des services de renseignements et un ASP proche des Police Headquarters ont reçu des instructions pour se rendre au Mozambique. C’est ce qu’indiquent des sources officielles aux Casernes centrales.
Toutefois, aucune autre précision n’était disponible ce matin quant à la teneur de la mission officielle, d’autant plus que ce suspect est sous le contrôle des autorités du Mozambique. Dans la conjoncture, ce qui intrigue, c’est le fait que l’ordre de mission n’a pas été émis au nom du Deputy Commissioner of Police et responsable de l’ADSU, Choolun Bhojoo, qui supervise cette enquête sur les 135 kilos d’héroïne retrouvés dans des compresseurs de même que deux autres cargaisons de drogue de 20 kilos et de deux kilos d’héroïne, utilisant le même modus operandi, et venant d’Afrique du Sud à bord de conteneurs.
En parallèle, les parents de Navin Kistnah, qui sont sans nouvelle depuis plus de huit jours déjà, ont retenu les services de conseils légaux pour en savoir plus sur les “Whereabouts” du directeur de KUN Management Int Ltd. Mes Valayden et Dulloo ont écrit officiellement au ministre des Affaires étrangères avec copie au commissaire de police pour faire part de leurs inquiétudes et obtenir confirmation que Navin Kistnah est sous le contrôle de la police de Maputo. Ils confirment dans cette correspondance que la dernière conversation téléphonique, d’une durée d’une vingtaine de secondes, remonte à la soirée du mardi 28 mars et que, jeudi dernier, ils ont reçu un appel de l’étranger, le correspondant réclamant USD 5 000 pour faire Navin Kistnah quitter le Mozambique.