A croire que s’installe au sein du sport mauricien une forme de franc-maçonnerie. Sinon comment expliquer que chaque Senior Sports Officer interprète le Sports Act à sa façon et pire ils vont jusqu’à avaler avec une facilité déconcertante les couleuvres des fédérations. C’est le cas de le dire avec le SSO Samoo Pillay qui, selon les informations de Week-End, a envoyé un rapport au ministre Devanand Ritoo pour dire qu’après enquête —il nous est permis de douter sur la teneur de cette enquête — l’AMVB has no case to answer. C’est à dire que l’assemblée générale élective du 27 décembre 2012 s’est déroulée selon les dispositions de la loi. A savoir que les statuts de l’AMVB (introuvables pour bon nombre de membres licenciés) font provision de 7 élus pour la D1, 5 pour la D2 et 3 pour les comités régionaux.  
L’enquête de Samoo Pillay aurait démontré que ce point a été respecté et que les deux places pour les comités régionaux seront remplis après que les élections auraient été tenues à Moka et Vacoas. Samoo Pillay se base après enquête sur une lettre envoyée au MJS par Kaysee Teeroovengadum pour affirmer que ces élections ont été supervisées par le Comité National Olympique.
Précisons, pour notre part, les points suivant (a) le Sports Act préconise que les élections des comités régionaux doivent se faire avant et non APRÈS l’assemblée générale nationale. (b)  Comment se fait-il qu’une fédération qui avait en 2007 tous ses comités régionaux se trouve aujourd’hui dépouillée de ces instances. Quelle magie…n’est-ce pas Samoo Pillay (c) Si dans la région de Vacoas il n’existe que deux clubs (mentionné dans le rapport Pillay) qui sont affiliés avec l’AMVB; pourquoi organiser après coup des élections? Y compris pour Moka où il y a un seul club. Dans ces deux cas, ne sont-t-ils pas élus d’office M. Pillay? (d) une enquête suppose qu’il y a contre-vérification des informations, Samoo Pillay est-il allé vers le COM pour confirmer si, en effet, cette instance a supervisé cette élections. (e) Last but not least, Samoo Pillay a-t-il demandé à l’AMVB des Teeroovengadum combien de clubs ont perdu leurs enregistrements AVANT l’assemblée générale du 27 septembre 2012.
Cette enquête pue à 100km à la ronde et nous avions raison la semaine dernière de dire que cette enquête confiée à Samoo Pillay est une coïncidence parfaite. Doreen Tiborcz aurait dû batailler de toutes ses forces à son arrivée à la présidence de la FMN pour avoir ce SSO comme Desk Officer. Allez comprendre pourquoi…Et  dire que ce même Samoo Pillay a failli devenir, par un concours de circonstances, secrétaire général de la CJSOI…on en frissonne encore.