En ce début d’année, le suspense est de mise quant au déplacement de l’Executive Director de Conflict Awareness Project, Kathi Lynn Austin, en vue de faire progresser l’enquête sur le réseau de trafic d’armes allégué avec Maurice pour base. En effet, les indications sont que le rendez-vous au QG de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), annoncé initialement pour la mi-janvier, pourrait être reporté à mars prochain. Entre-temps, l’ICAC poursuit ses échanges avec les autorités américaines en vue d’obtenir des compléments d’informations sur les marchands d’armes russes Sergei Kosolapov et Andrei Denisenko, en fuite de Maurice depuis l’éclatement de ce scandale.
Les recoupements d’informations de sources concordantes indiquent que les échanges ont atteint un stade avancé quant au plan pour le voyage de Kathi Lynn Austin à Maurice en vue de consigner une déposition formelle à l’ICAC au sujet de son rapport soumis en juillet de l’année dernière et dénonçant les opérations d’un réseau de trafiquants d’armes intéressés à utiliser Maurice comme base d’opérations.
À ce jour, il a été convenu que tous les frais de déplacement et de séjour de l’Executive Director du Conflict Awareness Project seront à la charge des autorités mauriciennes et que des mesures de sécurité seront adoptées autour de sa personne pendant son passage à Maurice. Mais il reste une dernière demande à étudier, soit celle portant sur une immunité à être accordée.
De sources officieuses, Le Mauricien a appris que cette dernière requête constitue un véritable casse-tête et qu’aucune réponse n’a encore été transmise à Kathy Lynn Austin à ce sujet. Interrogé en début de semaine au sujet des préparatifs de ce voyage en vue de collaborer avec l’ICAC au sujet des ramifications de ce trafic d’armes, Greg Hittelman, Director of Communications and Strategic Development de CAP, a fait comprendre au Mauricien que « we do want you to know that we are in contact with the government regarding assisting ICAC and other relevant Mauritius authorities. At present, in order to safeguard ongoing inquiries, CAP cannot publicly comment on the specifics of travel plans and our assistance efforts ».
Du côté de l’ICAC, l’on souligne que « l’échéance de la mi-janvier avait pour objectif de mettre au point les arrangements pour le voyage à Maurice et la déposition à l’ICAC. Nous maintenons le contact avec l’Executive Director de Conflict Awareness Project. À ce stade, aucune date exacte n’a été arrêtée à ce sujet. Des développements pourraient intervenir en février ou même mars prochain ». La déposition de Kathi Lynn Austin portera sur les contacts établis à Maurice dans le cadre de son enquête sur le réseau de trafiquants d’armes de même que les informations ne figurant pas dans le rapport rendu public à New York en juillet de l’année dernière en marge d’une conférence internationale des Nations unies sur les armes.
Entre-temps, l’ICAC poursuit ses contacts avec les autorités américaines au sujet des informations sur le fonctionnement du réseau de vente illégale d’armes sur le plan international avec pour chef de file le Russe Viktor Bout et sur le background de ses deux compatriotes Kosolapov et Denisenko, qui ont pris la fuite de Maurice depuis l’éclatement de ce scandale. L’ICAC se dit satisfaite de la collaboration obtenue des autorités américaines et confiante que Kathi Lynn Austin viendra à Maurice pour les précisions nécessaires en vue de relancer cette affaire ayant terni d’une certaine manière la réputation de Maurice sur le plan international.