Johnny Geroudis sera absent ce samedi et lors de la 21e journée. Le Sud-Africain a écopé de deux semaines de suspension à l’issue des trois enquêtes «de novo» qui avaient été initiées suite à la non-légitimité du board des Racing Stewards. En fait, le jockey de l’écurie Rousset a été trouvé coupable et suspendu pour trois semaines à l’issue de deux des trois enquêtes. Mais comme les suspensions ont été déclarées comme étant cumulatives, il ne pourra être associé aux chevaux de son écurie pendant deux journées. Il est à noter que ses explications furent acceptées en ce qui concerne le cas Ghost Dog.
Le board des Racing Stewards composé d’Alain Rousset (Chief Stipe), Marc Piat et Pursooramrye Kalleechurn a trouvé Johnny Geroudis coupable d’intimidation alors qu’il était en selle sur Green Keeper (1e journée), soit d’avoir enfreint le règlement 160 A (d) des Rules Of Racing qui fait état qu’un jockey doit «take every possible and necessary steps to ensure that his hostle, bunch, interfere with or intimidate another horse.»
Le jockey de l’écurie Rousset, qui avait été initialement pénalisé d’une amende de Rs 100 000, devra observer une semaine de suspension et payer une amende de Rs 25 000.
Le deuxième cas pris fut la course de Ghost Dog. Après avoir entendu les explications de Johnny Geroudis et aussi celles de Gilbert Rousset, aucune sanction ne fut prise à l’encontre du jockey. Pour rappel, il avait écopé d’une semaine de suspension et d’une amende de Rs 50 000.
En revanche, dans le cas de Make My Grey, le Sud-Africain ne fut pas plus chanceux. Il fut trouvé coupable de «slack riding» dans la ligne droite finale alors qu’il avait été trouvé coupable de n’avoir pas monté à la satisfaction des Racing Stewards à l’issue de la 12e journée. Il écopa à nouveau de deux semaines de suspension mais l’amende est de Rs 25 000 seulement.
A l’issue de ces enquêtes, Johnny Geroudis formula une demande pour convertir la semaine de suspension qui lui fut infligée pour intimidation en une amende. Sa requête ne fut pas acceptée.