Les anciens ministres du gouvernement de Navin Ramgoolam et candidats battus aux dernières élections générales du 10 décembre 2014 continuent à défiler dans des postes de police suite à des plaintes logées contre eux. Ainsi, depuis ce matin, l’ancien Attorney General Satish Faugoo et l’ex-ministre de la Santé Lormus Bundhoo devaient être entendus “under warning” au poste de police de Trou-aux-Biches à la suite des incidents survenus lors de l’ultime rallye de l’alliance PTr/MMM dans la circonscription de Grand-Baie/Poudre-d’Or (No 6) le 9 décembre de l’année dernière.
A la mi-journée, les informations disponibles indiquaient qu’après avoir consigné leurs explications, ces deux anciens ministres pourraient rentrer chez eux, le temps que les responsables de la Northern Division bouclent les consultations nécessaires et l’examen des tenants et aboutissants de cette affaire. La décision d’inculpation provisoire ne devrait intervenir qu’ultérieurement, soit après consultations avec l’Office of the Director of Public Prosecutions (DPP). C’est du moins ce qu’avancent des sources policières dans la matinée.
Mais entre-temps, une première inculpation provisoire a été logée ce matin devant le tribunal de Mapou contre l’organisateur de ce rallye électoral, Toolsyraj Mohunparsad, qui habite Goodlands. Ce dernier avait été interpellé hier avant d’être libéré sur parole en vue de sa comparution devant le tribunal de Mapou ce matin pour le délit de “holding al illegal public gathering” sous les sections 8 et 18 de la Public Gathering Act. Il devait être remis en liberté sous caution en attendant la fin de l’enquête policière.
La convocation formelle pour interrogatoire de Satish Faugoo et Lormus Bundhoo fait suite à une déposition en bonne et due forme de l’assistant surintendant de police Mohanuth, qui était de service sur le terrain la veille des élections. Dans une première entrée sommaire dans la soirée de ce même 9 décembre dernier, cet officier de police avait fait la chronologie des événements menant aux menaces alléguées proférées à son encontre.
L’assistant surintendant de police, dont la responsabilité était d’assurer le déroulement des dernières manifestations électorales sur le terrain, affirme qu’il était 18h24 quand il a pris la décision de mettre un terme au rallye des partisans de l’alliance PTr/MMM au No 6, entre Riche-Terre et Goodlands. Il maintient que selon les termes des règlements en vigueur, aucun événement politique – que ce soit un meeting, un rallye ou toute autre réunion – n’est toléré après 18 h.
Mais les instructions formelles de cet officier de police sur le terrain avaient été contestées avec véhémence par les deux anciens ministres et candidats aux élections générales. L’ASP ajoute avoir été insulté de manière copieuse en public à cette occasion et qu’il s’est senti fortement humilié lors de cet incident.
Après la Precautionary Measure de la soirée du 9 décembre dernier contre ces deux anciens ministres, l’assistant surintendant de police est revenu à la charge la semaine dernière avec une Full-Fledged Statement à charge. C’est ce qui explique la présence de Satish Faugoo, qui assure sa propre défense, et de Lormus Bundhoo, qui a retenu les services de Me Gavin Glover, au poste de Trou-aux-Biches ce matin pour leur interrogatoire dans cette affaire d’outrage “against public agent/public fonctionary”.
Les deux anciens ministres de Navin Ramgoolam pourraient également être inculpés du délit d’avoir participé à un rassemblement illégal en infraction avec les dispositions de la Public Gathering Act. Le troisième candidat de l’alliance PTr/MMM, Vinay Sobrun, se retrouve sous le coup d’une même accusation et devra être interrogé incessamment en présence de son homme de loi, Me Madun Dulloo. Affaire à suivre…